BFMTV

Philippot et les "mignons": "Ça déshonore celui qui insulte pas celui est visé"

Comme il le fait depuis quelque temps, Jean-Marie Le Pen a ciblé lundi nommément le vice-président du FN, Florian Philippot, mais cette fois en glissant des sous-entendus sur son homosexualité.

Jean-Marie Le Pen a durci lundi ses attaques contre Florian Philippot. Si le président d'honneur suspendu du Front national tance le vice-président du FN depuis des mois, il a franchi un cap lundi. En annonçant sur Radio Courtoisie qu'il allait créer une "formation qui ne sera(it) pas concurrente du FN", Jean-Marie Le Pen a attaqué personnellement le bras droit de Marine Le Pen.

"On voit très bien qu'il s'empare des leviers de commande, place ses hommes, ses mignons, partout et il fait une pression constante sur Marine Le Pen et le pauvre bureau politique ne doit pas laisser des apparatchiks s'emparer de l'appareil", a-t-il regretté.

Jean-Marie Le Pen conclut en insultant Florian Philippot sans détour: "On n'a pas forcément raison parce qu'on est un jeune con".

"Je considère que ça déshonore celui qui insulte pas celui est visé par l'insulte", a réagi le bras droit de Marine Le Pen auprès de BFMTV mardi. 

"Toutes les insultes glissent sur moi comme l'eau sur les plumes d'un canard."

"Des attaques insidieuses"

"Jean-Marie Le Pen a envie de mettre en relief l'homosexualité de Florian Philippot", a réagi lundi soir sur BFMTV, Yohann Roszéwitch, président de SOS Homophobie, y voyant une référence aux mignons de Henri III et à son homosexualité.

"Les sorties de Jean-Marie Le Pen à propos de Florian Philippot sont insidieuses puisque comprennent ceux qui ont envie de comprendre. Malheureusement des propos homophobes et des manifestations homophobes au sein du FN, on en a eu beaucoup pendant le débat mariage pour tous; et plus récemment au cours de la campagne départementales avec des tweets particulièrement homophobes et violents sur les réseaux sociaux", a-t-il déclaré alors que l'association publie mardi un nouveau rapport qui pointe encore de nombreux actes de LGBTphobie.

K. L.