BFMTV
Rassemblement national

Marion Maréchal-Le Pen invitée de Jean-Jacques Bourdin ce lundi matin

Invitée de Jean-Jacques Bourdin pour BFMTV/RMC ce lundi matin, l'élue du Front national est revenue sur le vote des Britanniques, qui ont choisi de quitter l'Union européenne. L'occasion d'égratigner cette dernière, qu'elle compare à un "monstre froid", ainsi qu'à "l'URSS".

Elle veut désormais une Europe "radicalement différente". Invitée de BFMTV/RMC ce lundi matin, Marion Maréchal-Le Pen s'est de nouveau réjouie du vote des Britanniques, qui ont choisi que leur pays quitte l'Union européenne (UE). Un départ que l'élue du Front national aimerait voir, sans surprise, être imité par la France.

"Je souhaite la fin de l'Union européenne pour la construction d'une Europe de la souveraineté", plaide ainsi la députée du Vaucluse, précisant que "l'Europe est une civilisation" et qu'on "ne peut donc pas être pour ou contre". 

Au contraire du Royaume-Uni, la France possède également l'Euro et est membre de l'Espace Schengen. "Ce sont autant de raisons de quitter l'UE", précise-t-elle.

"Monstre froid", "URSS"

Dans le détail, Marion Maréchal-Le Pen "propose une Europe qui retrouve ses capacités d'action et de décision pour ce qui concerne le régalien", pour en finir avec le "monstre froid qu'est l'Union européenne".

Allant encore plus loin dans le registre des métaphores, la nièce de Marine Le Pen a également comparé l'Union européenne à l'URSS, en égratignant François Hollande au passage.

"Ce qui me fait peur quand j'entends François Hollande, alors même qu'on a ce vote historique qui critique précisément le fonctionnement de l'UE, la réponse du président est de dire qu'il, il faut plus d'Union européenne, c'est exactement comme avec l'URSS et le communisme." "L'UE ne fonctionne pas et il faut plus d'UE? (…)on veut faire des choses à l'inverse de l'inspiration des peuples."
Jé. M.