BFMTV

Louis Aliot trouve "dommage" que Marion Maréchal n'ait pas appelé à voter RN aux européennes

Membre du bureau exécutif du RN, le député des Pyrénées-Orientales a rejeté l'idée de favoriser une "union des droites", celles-ci étant trop disparates d'après lui.

C'est une esquive qui semble être mal passée auprès de la hiérarchie du Rassemblement national. Invité de notre antenne ce mercredi, le député RN des Pyrénées-Orientales Louis Aliot a exprimé son regret que Marion Maréchal n'ait pas appelé à voter pour son parti aux élections européennes. 

"J'ai trouvé ça dommage, surtout qu'elle a dit qu'elle était encore membre du Rassemblement national. J'ai trouvé ça dommage, voilà."

Interrogée quelques jours après le scrutin, la nièce de Marine Le Pen avait refusé de dire à quelle liste elle avait accordé son suffrage. Elle le justifiait par son désir de ne s'inscrire dans le giron d'aucun "mouvement politique".

Invitée de BFMTV le 7 juin, la présidente du RN avait laissé poindre le même agacement que son compagnon.

"Évidemment, je le regrette et je crois que je ne suis pas la seule à le regretter au sein du mouvement", avait-elle déclaré au sujet de Marion Maréchal. 

"Débats de boutique"

S'essayant à trouver une explication à cette neutralité électorale, Louis Aliot a quant à lui évoqué les responsabilités de Marion Maréchal au sein de son établissement d'enseignement supérieur, l'Issep. 

"Peut-être que le fait qu'elle soit insérée dans la vie professionnelle l'empêchait de prendre des positions publiques", a fait remarquer le député RN avec un brin d'ironie.

Et de qualifier ces interrogations de "débats de boutique" au regard des attentes, selon Louis Aliot, des électeurs. L'intéressé a néanmoins donné raison à celle qui dit consacrer l'essentiel de son temps à la "méta-politique" sur l'idée que le RN n'était pas suffisant pour rassembler tous les sympathisants de droite. Louis Aliot rejette en revanche toute hypothèse d'"union des droites".

Jules Pecnard