BFMTV

Le FN renonce à son défilé du 1er mai

Le défilé traditionnel du FN n'aura pas lieu cette année, il sera remplacé par un "grand banquet national" autour de Marine Le Pen. Jean-Marie Le Pen dénonce "une reculade".

Le FN bouscule ses habitudes. Florian Philippot a annoncé vendredi que le Front national renonçait à son traditionnel défilé du 1er mai, remplacé par un "grand banquet national".

"Le 1er mai continue, mais le 1er mai continuera sous une nouvelle forme", a expliqué le vice-président du FN sur France 2.

"Évidemment le 1er mai c'est la fête du Travail et c'est Jeanne d'Arc. Donc il y a aura un hommage à Jeanne d'Arc, dans ce 1er mai innovant, renouvelé". "Il y aura bien sûr un hommage à Jeanne d'Arc le matin, autour de Marine Le Pen", et "un grand banquet national, un grand banquet patriote où plusieurs orateurs pourront prendre la parole et évidemment la conclusion sera faite par Marine", a-t-il détaillé.

"Pour des raisons de sécurité"

"Ce sera dans une très bonne ambiance puisque nous pourrons partager ces combats que sont la défense de la patrie et évidemment la fête du Travail". Relancé sur la question du défilé dans les rues de Paris, Florian Philippot a déclaré: "non, le défilé ne sera plus dans la nouvelle version. Par ailleurs je pense que ce n'est pas mal, pour des raisons de sécurité également".

L'hommage à Jeanne d'Arc se tiendra-t-il comme d'habitude autour de sa statue à Paris? "Très probablement"? a-t-il répondu. Le numéro 2 du FN a affirmé qu'il n'y avait "rien de gênant", politiquement dans le défilé. "C'était très agréable et très sympathique, mais je pense que c'est bien aussi d'être capable de faire du neuf".

Mais Jean-Marie Le Pen, cofondateur du FN, voit lui cette décision d'un mauvais oeil. Dénonçant "une reculade" qu'il "n'accepte pas", il se dit persuadé qu'il s'agit d'un "prétexte". "Un certain nombre de gens souhaite démonter le Front national tel qu'il a existé pendant 40 ans", explique-t-il au micro de BFMTV. Et de lancer un appel à un rassemblement le 1er mai place des Pyramides: "il y a 30 ans que nous défilons pour Jeanne d'Arc, il n'y a aucune raison de cesser de le faire."

Le 1er mai prochain, "les patriotes seront avec moi au front et les lâches seront à la soupe", sourit-il.

la rédaction avec AFP