BFMTV

Front national: pronostic vital engagé

Le divorce est consommé entre Florian Philippot et Marine Le Pen.

Le divorce est consommé entre Florian Philippot et Marine Le Pen. - Joël Saget - AFP

LE CARNET DE THIERRY ARNAUD - Retrouvez le décryptage du chef du service politique de BFMTV.

Le Front national a bâti son spectaculaire succès des trois dernières années sur trois piliers: un leader incontesté, une ligne politique claire, forte et, conséquence de ces deux atouts, la perception qu'il n'était pas un parti comme les autres. Au FN, pas de frondeurs, pas de déchirements sur la ligne, sur le chef, pas de guerre des égos.

Bien sûr, quand on les examinait de près, aucun de ces piliers n'était aussi solide qu'il ne le semblait. Les divisions, les rivalités étaient présentes, au point parfois de faire rage. La justice est saisie de plusieurs affaires délicates. Mais au moins les trois piliers tenaient-ils debout. Aujourd'hui, ils sont par terre.

Marine Le Pen en grande difficulté

Le leader, d'abord. Marine Le Pen aura beaucoup de mal à se remettre de la fin de sa campagne présidentielle et de ce fameux débat. Il n'est pas certain qu'elle y parvienne. Faire changer d'avis ces électeurs du FN qui pensent et disent qu'elle n'a pas l'étoffe d'une présidente et ne sera jamais élue sera extraordinairement difficile. C'est certainement parce qu'il pense que ce pari n'est pas gagnable que Florian Philippot a provoqué d'abord, puis tiré sa révérence.

La ligne du FN en question

La ligne politique ensuite. Quoi qu'on pense de Florian Philippot, ses arguments sont parfaitement cohérents. Quand on fait scander "on est chez nous" dans les meetings, qu'on y fait siffler Bruxelles et Angela Merkel, applaudir Trump et le Brexit, on ne peut pas se contenter de dire que la solution consiste simplement à fermer les frontières et mettre les immigrés dehors. Quitter l'Union Européenne et revenir à une monnaie nationale en sont les corollaires logiques. Comment Marine Le Pen va-t-elle nous expliquer demain que le Brexit est formidable mais que finalement on peut rester dans l'euro ?

L'image du parti abîmée

L'image du parti auprès de son électorat, enfin. Elle est sinon ruinée, au moins gravement endommagée. Le psychodrame que nous proposent depuis quelques jours par médias interposés Marine Le Pen, Florian Philippot, Louis Aliot et les autres n'a rien à envier aux pires heures des affrontements entre socialistes, ou à la bataille fratricide Fillon - Copé de la fin 2012. Voilà comment on perd définitivement le droit de donner des leçons au reste de la classe politique.

Le Front national n'est pas mort, mais son pronostic vital est engagé.

Thierry Arnaud