BFMTV

FN: le trésorier du parti est arrivé au pôle financier du tribunal de Paris

Le trésorier du FN Wallerand de Saint-Just, ici avec la présidente du parti Marine Le Pen

Le trésorier du FN Wallerand de Saint-Just, ici avec la présidente du parti Marine Le Pen - Loïc Venance - AFP

Wallerand de Saint-Just, le trésorier du Front national, est arrivé mercredi matin au pôle financier du tribunal de grande instance de Paris pour y être entendu. Le FN est convoqué en tant que personne morale par les juges Renaud Van Ruymbeke et Aude Buresi et risque une mise en examen pour recel de produits d'abus de biens sociaux et complicité d'escroqueries. Le parti peut aussi ressortir de l'audition sous le statut plus favorable de témoin assisté.

"Je crains tout de la part de juges qui ont déjà annulé la première convocation" du parti a confié Marine Le Pen à Strasbourg, en marge d'une session du Parlement européen. Cette convocation "démontre la volonté politique de nuire au FN, FN qui n'a rien à se reprocher", a-t-elle encore affirmé. "Il y a évidemment une volonté politique exprimée contre le FN, notamment par le parquet de Mme Taubira".

Dans le viseur de la justice, qui a ouvert une information judiciaire en avril 2014: les responsables de Jeanne, un micro-parti proche du FN, et de l'agence de communication Riwal dirigée par Frédéric Chatillon, un très proche de Marine Le Pen. Ils sont suspectés d'avoir mis en place un système frauduleux d'enrichissement avec de l'argent public. Les magistrats soupçonnent aussi un financement illégal du FN par Riwal, d'où le risque de mise en examen. En cause, des kits de campagne (tracts, affiches, sites internet...) fabriqués par Riwal et fournis par Jeanne à une grande majorité des candidats FN aux législatives de 2012.

Tous les mis en cause contestent ces faits présumés mais six d'entre eux ont déjà été mis en examen.

S.A.