BFMTV

Femmes en burkini dans une piscine de Grenoble: "On voit bien le message politique", réagit le maire 

-

- - -

Dimanche après-midi, une dizaine de femmes se sont rendues dans une piscine de Grenoble pour revendiquer le droit de s'y baigner en burkini. Après que sa position a été contestée publiquement par Marlène Schiappa, Eric Piolle, maire de la ville, est revenu sur l'événement ce mardi en fin d'après-midi sur notre antenne.

Dimanche après-midi, une dizaine de femmes ont revêtu un burkini dans une piscine du centre-ville de Grenoble en dépit de l'arrêté l'interdisant. Le maire de la ville, Eric Piolle, est intervenu ce mardi soir sur notre antenne. Il a dénoncé cette initiative militante: "C'est une action volontairement extrêmement polémique." Il a aussi rappelé la réaction des autorités sur le moment: "Nous avons verbalisé ces personnes qui cherchent le buzz, et elles ont une interdiction de piscine pendant un mois. C’est le règlement." Il a toutefois renvoyé dos à dos les deux partis s'opposant à l'occasion de cette polémique: "Mais on voit bien le message politique qui peut venir des gens qui enfreignent l’arrêté et on voit aussi le message politique de ceux qui se drapent dans l’honneur et la laïcité."

"L'intervention de Marlène Schiappa est confuse" 

Il a été nommément mis en cause par la secrétaire d'Etat à l'Egalité entre les femmes et les hommes, Marlène Schiappa, qui a estimé que ses positions sur la question étaient "ambiguës", lors d'un entretien publié par Le Dauphiné Libéré ce mardi. Eric Piolle a commenté:

"L’intervention de la ministre est totalement confuse. Elle dit d’abord qu’il ne faut rien céder à ce qu’elle juge être une politique extrémiste, et juste après elle nous dit qu’évidemment il faut que toutes les femmes puissent être accueillies à la piscine."

Il a aussitôt enchaîné:

"Ça rejoint la posture du ministère des Sports qui dit que pour le règlement des piscines, il ne faut regarder que l’hygiène et la sécurité, et pas des questions de laïcité ou quoi que ce soit d’autre, et que si vous vouliez interdire le burkini, il vous faudrait réussir à prouver qu’il pose un problème d’hygiène et de sécurité. Donc grosso modo, on nous dit 'bonne chance' car c’est indémontrable"

Eric Piolle a alors tracé une perspective: "Je crois que la République est au-dessus de ça. Ou bien on a un débat sur la laïcité dans l’espace public, ou bien on regarde juste l’hygiène et la sécurité et alors là, il faut poser les termes d’un dialogue serein."

Robin Verner