BFMTV

Européennes: LaREM en tête des intentions de vote selon un sondage

Stanislas Guerini lors des questions au gouvernement à l'Assemblée nationale le 24 octobre 2018.

Stanislas Guerini lors des questions au gouvernement à l'Assemblée nationale le 24 octobre 2018. - Bertrand GUAY / AFP

La liste du parti macroniste allié au MoDem récolte 22% des intentions de vote d'après un sondage Harris Interactive et Agence Epoka publié ce dimanche.

La liste de La République en Marche alliée au MoDem (22%) devance de deux points celle du Rassemblement national (20%) dans les intentions de vote aux élections européennes, selon un sondage Harris Interactive et Agence Epoka diffusé dimanche.

À deux mois et demi du scrutin du 26 mai, le rapport de force est globalement stable par rapport à une précédente vague d'enquête du même institut du 23 février, même si le RN gagne 1 point.

Le duo de tête se détache toujours largement des autres formations: Les Républicains obtiennent 13% (+1) d'intentions de vote, devant La France insoumise (9%/+1) et les écologistes d'EELV (8%), le Parti socialiste (5%/-1), Debout la France (5%) et Générations (3%/-1).

L'absence de liste gilets jaunes profiterait au RN

Si le scrutin avait lieu dimanche, une liste des gilets jaunes, toujours hypothétique, recueillerait 3% (stable), les listes Les Patriotes et Lutte ouvrière 2% chacune, selon cette enquête pour LCI, RTL et Le Figaro. L'absence d'une liste "gilets jaunes" profiterait au RN qui passerait à 21% des intentions de vote, alors que LaREM/MoDem resterait stable à 22%. 

Les listes UDI, PCF, NPA, Résistons! de Jean Lassalle et UPR (François Asselineau) sont créditées de 1% des intentions de vote. Pour obtenir des élus, une liste doit recueillir au moins 5% des votes.

L'enquête a été réalisée en ligne les 8 et 9 mars auprès de 1090 personnes inscrites sur les listes électorales, selon la méthode des quotas. La marge d'erreur est de 1,4 à 3,1 points.

Les intentions de vote ne constituent pas une prévision de résultat. Elles donnent une indication des rapports de forces et des dynamiques au jour de la réalisation du sondage.

Esther Paolini avec AFP