BFMTV

Européennes: Jean-Marc Schiappa, père de Marlène Schiappa, membre du comité de soutien LFI

Marlene Schiappa le 18 mai 2017.

Marlene Schiappa le 18 mai 2017. - AFP

L'historien est en compagnie de l'humoriste Gérald Dahan et le psychanalyste Gérard Miller.

A quelques jours seulement des élections européennes du 26 mai, la France insoumise, dont la liste menée par Manon Aubry récolterait selon le dernier sondage Elabe pour BFMTV 8% des suffrages, a ce jeudi présenté son comité de soutien. Outre l'humoriste Gérald Dahan et le psychanalyste Gérard Miller, Jean-Marc Schiappa, historien et père de la Secrétaire d'État chargée de l'Égalité entre les femmes et les hommes, Marlène Schiappa, est également présent. 

Selon le communiqué du parti de Jean-Luc Mélenchon, ce comité regroupe "artistes, syndicalistes, scientifiques, économistes, philosophes…" qui "se reconnaissent dans les valeurs portées par la liste et le programme européen du mouvement."

Président de l'Institut de recherche et d'étude de la libre-pensée, Jean-Marc Schiappa, enseignant de formation et militant trotskiste, n'est pas sur la même ligne politique que sa fille et ne s'en cache pas. L'an dernier, il avait repris Marlène Schiappa sur les réseaux sociaux après son mauvais usage d'une citation attribuée au philosophe et économiste communiste allemand Karl Marx: "L'émancipation des travailleurs sera l'œuvre des travailleurs eux-mêmes."

Une citation de Marx pas passée inaperçue

Dans un premier temps, il avait remis en cause la pertinence d'attribuer cette citation à Karl Marx. C'est "la 1ère Internationale (qui) écrit, sur proposition de Karl Marx (donc il est inexact de citer cette phrase comme venant du seul Marx), 'l’émancipation des travailleurs sera l’œuvre des travailleurs eux-mêmes'", nuançait-il.

Puis, l'ancien délégué syndical Force ouvrière redéfinissait surtout "l'émancipation" telle que l'entendait Karl Marx: "Il s’agit d’une œuvre collective ('les travailleurs') et non individuelle (chaque travailleur devant se débrouiller tout seul) ; le but est l’émancipation collective (et non une réussite personnelle - laquelle, au demeurant?), celle des travailleurs, du prolétariat. On ne peut attendre de salut de personne sauf de l’action organisée, donc consciente", précisait-il, avant de critiquer ouvertement la politique d'Emmanuel Macron. 

Deux jours plus tard, lui souhaitant au passage une bonne fête des pères, Marlène Schiappa avait démenti sur Twitter toute "leçon" ou "clash". "Au XXIe siècle, les femmes ont le droit d’avoir des idées politiques différentes de leurs pères ou de leurs maris - et vice-versa - sans que cela ne soit interprété comme une 'leçon' ou un 'clash', n’en déplaise à certains", avait écrit la secrétaire d'Etat.

Hugo Septier