BFMTV

Européennes: en difficulté financière, des partis proposent des emprunts à leurs militants

Alors que des banques ont refusé d'avancer l'argent de leurs campagnes électorales, La France insoumise et le Rassemblement national vont emprunter de l'argent à leurs militants.

A quelques semaines des européennes, La France insoumise et le Rassemblement national ont lancé des appels aux prêts, à la suite de refus des banques de financer leurs campagnes électorales. "Nous n'avons pas trouvé les prêts bancaires suffisants pour couvrir le coût total de l'opération élections européennes pour La France insoumise", déclarait Jean-Luc Mélenchon le 31 mars.

"Aucune banque n'accepte comme par hasard de nous prêter la somme nécessaire pour mener notre campagne", a assuré de son côté la cheffe du Rassemblement national Marine Le Pen le 7 avril, évoquant un "stratagème particulièrement déloyal" et une "persécution contre les opposants". 

Face à ces difficultés, le parti d'extrême gauche a lancé "l'emprunt populaire", avec un remboursement total des dons d'ici le 31 mars 2020. Il est possible de les financer à partir de 400 euros. Le Rassemblement national, qui avait été obligé d'emprunter à une banque russe en 2014, a cette fois mis en place "l'emprunt patriotique" avec une première tranche à 1000 euros, et promet 5% d'intérêts sur l'argent avancé.

Remboursés dès 3% des votes

Jean-Philippe Derosier, professeur de droit, déclare sur BFMTV que "les banques traditionnelles sont réticentes à donner aux partis politiques pour des raisons économiques, car elles n'ont pas la garantie du remboursement du prêt".

Mais selon les deux chefs de parti, il s'agit de prêts sans risque, puisque les campagnes électorales sont intégralement remboursées, si la liste présentée dépasse les 3% de votes, comme le précise le site Vie Publique. Pour rappel, le dernier sondage pour les élections européennes place le Rassemblement national en deuxième position, avec environ 20% des intentions de vote. La France insoumise oscille entre 8 et 9%.

Le plafond des dépenses est de 9,2 millions d’euros par liste de candidats pour ces élections. L'argent investi dans la campagne sert à l'organisation de meetings, l'impression de bulletins ou encore d'affiches.

D'autres partis inspirés

Également en difficulté financière, d'autres listes se présentant aux élections européennes ont été inspirées par ces appels à l'emprunt, et comptent lancer les leurs, comme celle de Génération.s de Benoît Hamon, ou Debout La France avec Nicolas Dupont-Aignan.

La recette a en tout cas fonctionné pour La France insoumise, qui avait récolté 1 million d'euros quatre jours après le lancement de son emprunt populaire, et qui aurait atteint les deux millions d'euros visés.

Salomé Vincendon