BFMTV

France-Allemagne: l'extrême droite vent debout contre le genou à terre annoncé par les Bleus

Plusieurs personnalités politiques s'insurgent de ce geste hautement symbolique utilisé aux Etats-Unis afin de dénoncer le racisme et les violences policières.

À quelques heures de l'entrée en lice de l'Equipe de France dans le cadre de l'Euro 2020, la polémique enfle peu à peu. Alors que les Bleus affrontent ce mardi soir l'Allemagne à Munich dans un match déjà capital, plusieurs personnalités politiques - notamment à l'extrême droite - s'insurgent de l'initiative annoncée par les joueurs tricolores, qui ont prévu de mettre un genou à terre avant le coup d'envoi du match.

Un geste symbolique inspiré par la célèbre posture de Colin Kaepernick, l’ancien joueur de NFL, pour dénoncer le racisme et les discriminations. Ce dernier a ensuite été popularisé par le mouvement Black Lives Matter, puis lors des manifestations à travers le monde qui ont suivi la mort de George Floyd, cet Afro-Américain tué par un policier lors d'un contrôle.

Mariani "regrette"

Sur l'antenne d'Europe 1 ce mardi matin, c'est le député européen Thierry Mariani, également candidat RN aux régionales en Paca, qui a donné le ton. "Très sincèrement je le regrette", a-t-il expliqué à propos de ce geste.

"Black Lives Matter c’est un drame, mais c’est un drame qui s’est passé aux États-Unis, c’est un drame qui s’est passé avec la police américaine, la police française n’a jamais eu ces dérives. (...) Les dérives de la police américaine ne concernent pas la police française et d’autre part les campagnes contre le racisme en France rassemblent tous les mouvements politiques."

Thierry Mariani s'en remet à "l’article 5 de la charte olympique" qui "rappelle la neutralité du sport". "Je pense qu’on aurait dû en rester là", explique-t-il.

"C’est encore une opération importée d’un pays étranger qui n’a aucun rapport avec la France, et moi je suis attaché à la neutralité du sport. Ces gestes symboliques ont aussi un message politique, je ne vois pas quel est le message pour la France, on est tous contre l’antiracisme, enfin je veux dire on est tous pour l’antiracisme", ajoute-t-il encore, dans un lapsus.

"Une honte"

Au RN, Thierry Mariani n'est pas le seul à avoir réagi. Sur Twitter, l'eurodéputé et vice-président du parti de Marine Le Pen, Jean-Lin Lacapelle, a estimé que ce geste était "une honte" pour l'équipe de France.

"Mettre un genou à terre pour un crime que nous n'avons pas commis et dont nous ne sommes pas responsables est une HONTE. Tout cela sous le regard malsain des racialistes fiers de voir leurs thèses être exportées partout en Europe. STOP à la repentance!", écrit-il.

Ancien cadre du parti d'extrême droite et désormais leader des Patriotes, Florian Philippot a lui aussi dénoncé l'initiative des Bleus, dans des termes plus ou moins similaires à ceux de ses anciens amis politiques.

"Euro 2021: les Bleus mettront un genou à terre avant France-Allemagne demain. Quelle honte! Black Lives Matter est un machin sponsorisé pour faire monter les tensions, casser les peuples, les diviser, les entretenir dans le ressentiment, les affaiblir!", écrit-il, toujours sur Twitter.

"C'est pas ce qui fait avancer les choses"

À droite, les réactions sont plus mesurées. Invité ce mardi de CNews, le maire de Nice Christian Estrosi estime que "c’est à l’honneur de l’équipe de France de montrer que la France est un pays de laïcité, où il y a le respect du culte de chacun, de la différence de chacun".

"Si c’est par solidarité à l’égard de l’équipe américaine, à l’égard de George Floyd et au comportement inacceptable d’un policier, naturellement je ne peux que l’approuver", poursuit-il. "Mais je demande de dire très clairement qu’en aucun cas il ne peut être interprété comme un geste à l’égard de l’action magnifique des forces de sécurité intérieure", insiste celui qui a quitté Les Républicains ces dernières semaines.

"Ce genre de symbole, ça fait de mal à personne, mais c'est pas ce qui fait avancer les choses", a estimé pour sa part le numéro 3 de LR Aurélien Pradié sur Sud Radio.

Un geste qui n'est pas inédit

La ministre des Sports Roxana Maracineanu a pour sa part souligné sur France Info que le gouvernement venait "d'inscrire dans la loi pour les principes de la République l'engagement du mouvement sportif aux côtés de l'Etat pour lutter contre ce fléau" du racisme, et qu'il y avait "besoin du mouvement sportif et de son engagement" dans ce dossier.

Il faut rappeler que ce geste n'est pas inédit. Les Bleus avaient déjà mis le genou à terre lors du match de préparation contre le Pays de Galles.

Les joueurs de l'équipe de Belgique l'ont également fait samedi avant leur match contre la Russie, sous les sifflets du public de Saint-Pétersbourg, tandis que leurs adversaires sont restés debout. Avant eux, les joueurs de Premier League notamment ont pris l'habitude de mettre un genou à terre avant les rencontres.

https://twitter.com/Hugo_Septier Hugo Septier Journaliste BFMTV