BFMTV

Marche à Tunis: "La France souhaitait être à côté des Tunisiens", assure François Hollande

François Hollande à Tulle, avant son départ pour la Tunisie.

François Hollande à Tulle, avant son départ pour la Tunisie. - Mehdi Fedouach - AFP

Le président français, aux côtés d'autres responsables politiques, va participer dimanche à une grande marche citoyenne pour dénoncer le terrorisme à Tunis. Une manifestation qui n'est pas sans rappeler la mobilisation internationale après les attentats de Charlie Hebdo en France.

Défendre les valeurs du printemps arabe. François Hollande va participer dimanche à la grande marche citoyenne organisée à Tunis après l'attentat du musée du Bardo, dans lequel 22 personnes ont été tuées par des terroristes. Dimanche, les autorités tunisiennes annonçaient la mort de neuf hommes armés du principal groupe jihadiste tunisien, la brigade Okba Ibn Nafaa accusée d'être à l'origine de cette tuerie.

Samedi, François Hollande annonçait la mort d'une quatrième victime française, blessée gravement au cours de cet attentat et qui a succombé à ses blessures. Le chef de l'Etat "rendra hommage à nos quatre compatriotes décédés et à toutes les victimes de cette odieuse attaque, lors de la grande marche contre le terrorisme à laquelle il participera", précisait le communiqué de l'Elysée. 

Défendre les valeurs

Avant de s'envoler pour Tunis, où il sera accompagné entre autre de Claude Bartolone et Bertrand Delanoë, François Hollande a expliqué cette mobilisation. "Nous allons marcher pour la Tunisie et pour les valeurs qu'elle représente pour le monde arabe", a déclaré le président de la République François Hollande, à Tulle, où il a voté dimanche pour le second tour des départementales. Le présidant rappelant que la Tunisie "est à l'origine du Printemps arabe".

Une mobilisation qui n'est pas sans rappeler celle qui s'était organisée au lendemain de la tuerie de Charlie Hebdo et de la prise d'otage de l'HyperCasher de la porte de Vincennes. "Le 11 janvier il y avait eu une manifestation de solidarité pour la France, pour les valeurs qu'elle porte", a conclu François Hollande.

"Etre à côté de la Tunisie"

Rendant hommage aux quatre victimes française de l'attentat du musée du Bardo, le chef de l'Etat a rappelé l'importance de défendre les valeurs républicaines. La Tunisie souhaitait la présence de la France et la France souhaitait être à côté de la Tunisie", a assuré François Hollande.

Outre le président tunisien Béji Caïd Essebsi, le président français sera entouré des présidents polonais et palestinien, Bronislaw Komorowski et Mahmoud Abbas, prennent part à la marche, tout comme les Premiers ministres italien et algérien, Matteo Renzi et Abdelmalek Sellal, et les ministres espagnol et néerlandais des Affaires étrangères, José Manuel Garcia-Margallo et Bert Koenders.

J.C. avec AFP