BFMTV

Macron à Nouméa: "La France ne serait pas la même sans la Nouvelle-Calédonie"

Le chef de l'Etat a assuré qu'il ne "prenait pas parti", à six mois du référendum sur l'indépendance de l'archipel.

A l'issue de son déplacement en Nouvelle-Calédonie, Emmanuel Macron a déclaré à Nouméa que "la France ne serait pas la même sans la Nouvelle-Calédonie", notamment "parce qu'elle est une part de cette France-monde" et parce qu'elle "a apporté à toute la France des modèles", dont celui "d'accepter toute cette diversité".

Une déclaration importante à six mois du référendum sur l'indépendance de l'archipel, même si officiellement le chef de l'Etat "ne prend pas parti", selon ses termes: "pas pour me soustraire à une responsabilité, mais parce que ce n'est pas ma responsabilité", s'est-il justifié, avant d'ajouter: "c'est aux Calédoniens qu'il appartient de le dire, de choisir". Il a toutefois dessiné "l'ambition de la France dans une grande région Indo-pacifique, qui inclut la Nouvelle-Calédonie". Le référendum aura lieu le 4 novembre prochain, et "l'Etat fera tout pour que ce scrutin soit incontestable", a promis Emmanuel Macron.

Les opposants à l'indépendance en tête d'un sondage

Selon un récent sondage, les opposants à l'indépendance sont donnés comme largement majoritaires. Le chef de l'Etat préconise "d'aborder les mois qui viennent en changeant de conjugaison: conjuguer au futur" et définir "quel avenir nous vous construire".

"Il n'appartient qu'à nous tous de ne pas faire reculer l'Histoire, que le choix se fasse dans le calme en gagnant chaque centimètre de paix et de concorde", a également déclaré Emmanuel Macron devant le gouvernement de Nouvelle-Calédonie.

A. K. avec AFP