BFMTV

Hollande: Imposition à 75%, "pas d'exceptions pour les artistes ou les sportifs"

-

- - -

Revivez l'intervention du président de la République au journal de TF1.

Ce live est terminé merci de l'avoir suivi avec nous.

20h43 : "Nous devons inverser la courbe du chômage d’ici un an. Et nous serons alors capable de retrouver de la croissance".

20h40 : Sur l'action du Premier ministre : "Jean-Marc Ayrault est un homme sérieux avec qui j’ai toujours travaillé en bonne intelligence".

20h37 : les exonérations sur les heures supplémentaires demeureront actives dans les entreprises de moins de 20 salariés.

20h33 : imposition à 75% : "pas d’exceptions pour les artistes ou les sportifs".

20h30 : interrogé sur Bernard Arnault, F. Hollande demande du "patriotisme économique".

20h29 : 'Je veux une stabilité dans les effectifs de la fonction publique'.

20h27 : à propos de la rigueur budgétaire, le président de la République déclare que "nous ne dépenserons pas un euro de plus en 2013 qu’en 2012".

20h25 : "il faut du sérieux budgétaire et de la croissance".

20h20 : sur les plans sociaux, le chef de l'Etat veut une négociation entre les partenaires sociaux et précise que l'Etat accompagnera les reconversions. Le chef de l'Etat déclare qu'il faut "un accord donnant-donnant. Les salariés doivent être plus protégé".

20h19 : financement de la protection sociale : "la discussion ne portera pas que sur la CSG".

20h18 : en ce qui concerne la protection de l’emploi, François Hollande promet "un compromis historique avec les partenaires sociaux d’ici fin 2012".

20h17 : la croissance sera à peine supérieure à zéro pour l’année 2012."

20h16 : interrogé sur l'impatience des Francais, François Hollande répond qu'il doit "fixer le cap. Et le cap, c’est le redressement de la France".

20h14 : l'interview du président, vêtu d'un costume noir et d'une cravate bleue sombre, commence.

Alors que moins d'un Francais sur deux se déclare satisfait de son action, le chef de l'Etat va tenter de convaincre les Français qu'il est l'homme de la situation.

Taxation à 75%, chômage, dossier syrien : le président de la République devra s'expliquer sur tous les dossiers sensibles de l'actualité.

Si le discours devrait être très généraliste, François Hollande ne devrait pas échapper à une question sur la décision de Bernard Arnaut de demander la nationalité belge.