BFMTV

Hollande en Algérie entouré de politiques et de grands patrons

Pour sa visite en Algérie, François Hollande s'est accompagné de 200 personnes.

Pour sa visite en Algérie, François Hollande s'est accompagné de 200 personnes. - -

Le chef de l'Etat français est accompagné d'une délégation de près de 200 personnes dont neuf ministres, une douzaine de responsables politiques et une quarantaine d'hommes d'affaires, des artistes, et une centaine de journalistes. Une première, pour un voyage à enjeux.

Pour sa première visite officielle en Algérie, François Hollande n’est pas parti seul. La délégation qui l’accompagne compte près de 200 personnes d’horizons différents. Mais tous jouent un rôle dans la réussite de ce déplacement.

Et toute présence politique est la bienvenue pour aider le président à normaliser les relations avec l'Algérie. Neuf ministres l'accompagnent, notamment Manuel Valls – qui s’est déjà rendu en Algérie récemment – Laurent Fabius, Arnaud Montebourg et Nicolas Bricq, ministre du Commerce extérieur. Parmi les parlementaires présents, Elisabeth Guigou, présidente de la commission des Affaires étrangères à l’Assemblée, et Jean-Pierre Raffarin, chargé de négocier les dossiers économiques franco-algériens.

Car l'enjeu est de taille. En témoigne la présence d'une quarantaine de chefs d’entreprises dans la délégation – une première pour le chef de l’Etat. La signature d'une demi-douzaine d’accords industriels est programmée entre mercredi et jeudi.

Carlos Ghosn, grand absent

Stéphane Richard, PDG de France Télécom, est de la partie, ainsi que Patrick Kron, PDG d’Alstom, qui vient de terminer le premier tramway du pays à Alger et en construit d’autres en ce moment à Oran et Constantine. Le patron de la RATP Pierre Mongin est présent lui aussi, puisque la RATP exploite la nouvelle ligne de métro de la capitale. Bruno Lafont, le PDG des ciments Lafarge, est également à Alger : une source rapportée par Les Echos explique que des accords seraient en voie de finalisation entre l’entreprise et les autorités algériennes.

Une délégation qui compte un grand absent : Carlos Ghosn, le patron de Renault. Son absence est remarquée, car le constructeur français a prévu de signer lors de cette visite un accord avec l’Etat algérien pour construire une usine, près d’Oran. Elle produira 75.000 véhicules par an.

Enfin, des artistes sont également du voyage. Parmi eux, des écrivains, comme Anouar Benmalek, qui a publié Le Rapt (Fayard), ou encore des personnalités du monde du cinéma, comme l'acteur Kad Merad, né en Algérie.