BFMTV

Affaire Hollande-Gayet: enquête ouverte sur les clichés de "Closer"

L'actrice Julie Gayet aurait porté plainte en toute discrétion pour "atteinte à l'intimité de la vie privée", ouvrant la voie à une enquête préliminaire.

L'actrice Julie Gayet aurait porté plainte en toute discrétion pour "atteinte à l'intimité de la vie privée", ouvrant la voie à une enquête préliminaire. - -

L'actrice Julie Gayet a porté plainte au pénal contre le magazine Closer, pour une série de clichés la montrant en train de conduire sa voiture, ce qui représente une "atteinte à l'intimité de la vie privée". Un acte punissable d'un an de prison et 45.000 euros d'amende.

Le retour de flamme pourrait être violent pour le magazine Closer. Julie Gayet a en effet porté plainte au pénal pour "atteinte à l'intimité de la vie privée", après la diffusion de photos la montrant en train de conduire sa voiture. C'est ce qu'a annoncé le procureur Robert Gelli, mardi 4 février, confirmant une information du Monde. La parution de ces clichés faisait suite à la révélation de la supposée relation entre le chef de l'Etat et l'actrice.

Après avoir porté plainte au civil, Julie Gayet est donc (re)passée à l'offensive. Selon l'article 226-1 du code pénal, il est en effet interdit de porter volontairement atteinte à l'intimité de la vie privée d'autrui, notamment "en fixant, enregistrant ou transmettant, sans le consentement de celle-ci, l'image d'une personne se trouvant dans un lieu privé", écrit le quotidien sur son site internet.

Le parquet de Nanterre se saisit de l'affaire

Ce qui semble correspondre aux clichés incriminés, puisque la voiture d'un particulier remplit les critères du "lieu privé". Ce dernier est défini comme tel: "un endroit qui n'est ouvert à personne sauf autorisation de celui qui l'occupe d'une manière permanente ou temporaire", selon la jurisprudence de la Cour de Cassation.

Le parquet de Nanterre a donc immédiatement ouvert une enquête préliminaire, confiée aux policiers de la brigade de répression de la délinquance contre la personne (BRDP) de la police judiciaire parisienne. Le magazine Closer, lui, risque un an d'emprisonnement et 45.000 euros d'amende.

François Hollande, de son côté, ne s'est pas associé à la plainte. Le président français avait déjà fait savoir qu'il n'attaquerait pas en justice le magazine.

Y. D. avec Sarah-Lou Cohen