BFMTV

Élections régionales: LR pour le maintien du scrutin avec "un protocole sanitaire adapté"

Le président de LR Christian Jacob le 13 janvier 2021 à Paris

Le président de LR Christian Jacob le 13 janvier 2021 à Paris - ALAIN JOCARD © 2019 AFP

LR a plusieurs fois déjà appelé au maintien des élections, programmées les 13 et 20 juin prochain. Un débat sur le calendrier doit avoir lieu au Parlement la semaine prochaine.

Votera-t-on les 13 et 20 juin prochain? Les Républicains plaident pour un maintien des élections régionales et départementales avec "un protocole sanitaire adapté" et une adaptation des règles de publicité et de remboursement des dépenses, dans une lettre envoyée ce mercredi au Premier ministre Jean Castex.

"Le calendrier électoral doit être respecté et les électeurs doivent être appelés au vote dans un protocole sanitaire adapté", écrivent le président de LR Christian Jacob et les présidents des groupes parlementaires Damien Abad (Assemblée nationale) et Bruno Retailleau (Sénat).

LR a plusieurs fois déjà appelé au maintien de ce scrutin, alors que la droite détient sept régions, et compte parmi les présidents sortants un certain nombre de candidats potentiels à la présidentielle de 2022 (tels que Xavier Bertrand, Valérie Pécresse et Laurent Wauquiez).

Des adaptations réclamées

Dans leur lettre que l'AFP a pu consulter, les responsables LR saluent plusieurs recommandations du comité scientifique, notamment "l'obligation de vaccination ou de détention d'un test négatif" pour les membres des bureaux de vote, ou la suggestion de créer "une file d'attente spécifique" pour les personnes vulnérables.

Ils lancent aussi plusieurs préconisations, notamment d'autoriser les candidats "à se déplacer librement dans leur circonscription" pour leurs visites de terrain, et de leur permettre de tenir des réunions "dans les mêmes règles que les associations qui peuvent tenir des assemblées générales en présentiel".

Il faudrait aussi, selon eux, "installer des purificateurs d'air dans les bureaux de vote".

Enfin LR demande que "des plages de diffusion plus importantes" soient imposées sur les chaînes de télévision régionales pour que les candidats s'expriment et débattent entre eux, et que des clips d'information soient diffusés à la télévision et sur internet "pour promouvoir la procuration rapide".

Débat à venir au Parlement

De son côté Marine Le Pen a elle aussi demandé le maintien des élections régionales, en réclamant "des grandes campagnes d’information sur les procurations, pour que les gens qui sont fragiles ou inquiets d’aller voter puissent le faire".

"Cela n’a pas été le cas lors des élections municipales", a déploré lors d’une conférence de presse la présidente du Rassemblement national, dont beaucoup d’électeurs s’étaient abstenus aux municipales de juin 2020.

Elle a aussi fustigé "l'amateurisme" du gouvernement qui, à ses yeux, "commence à poser un véritable problème démocratique", jugeant "ahurissant" d’organiser un débat au parlement le 13 avril sur la tenue ou non de ce scrutin, alors que le dépôt des listes est prévu pour le 26 avril.

Un débat sur le maintien des régionales et départementales devrait en effet avoir lieu le 13 avril devant l'Assemblée nationale et le 14 devant le Sénat. Les partis ont jusqu'à jeudi soir pour donner au gouvernement leur avis sur la question.

M.D. avec AFP