BFMTV

Strasbourg: les électeurs radiés des listes pourront finalement voter dimanche

Les électeurs strasbourgeois radiés des listes électorales pourront voter.

Les électeurs strasbourgeois radiés des listes électorales pourront voter. - NICHOLAS KAMM / AFP

Les dizaines d'électeurs strasbourgeois qui se sont vus radiés des listes électorales lors du premier tour de l'élection présidentielle ont obtenu gain de cause devant la Cour de cassation et pourront, de fait, voter au second tour de l'élection présidentielle.

Soulagement pour ces dizaines d'électeurs strasbourgeois. Après avoir été radiés des listes électorales à leur insu parce qu'ils n'avaient pas signalé leur changement d'adresse, la Cour de cassation vient finalement de leur donner raison à travers un arrêté rendu vendredi. Tous pourront donc voter ce dimanche à l'occasion du second tour de l'élection présidentielle. 

Pour rendre sa décision, la Cour de cassation s'est notamment appuyée sur une circulaire de 2013 grâce à laquelle elle a pu juger que la mairie, avant de procéder aux radiations, aurait dû rechercher activement la nouvelle adresse des électeurs. "Cet arrêt a bien sûr une portée nationale. Il stipule que, lorsque les gens ignorent qu'ils ont été radiés des listes, ils peuvent contester cette radiation jusqu'au jour du scrutin", a expliqué l'avocat des électeurs concernés, Me François Stehly.

16.000 personnes radiées 

De son côté, la mairie a annoncé que "cette décision, qui s'impose à l'ensemble des tribunaux, ouvre aux personnes résidant effectivement à Strasbourg la possibilité de se réinscrire sur les listes électorales". Pour ce faire, son service administratif sera exceptionnellement ouvert samedi et de dimanche de 8 heures à 20 heures. "Les personnes pourront y obtenir les pièces permettant de compléter leur dossier auprès du tribunal d'instance", et obtenir par la même occasion le droit de voter. 

Au total, 16.000 personnes ont été radiées des listes électorales strasbourgeoises lors du premier tour, le 23 avril dernier, pour ne pas avoir fait connaître leur nouvelle adresse. La mairie avait alors indiqué n'avoir fait qu'appliquer les textes lorsqu'elle avait procédé à un "toilettage" des listes électorales. Parmi les personnes concernées, un millier s'étaient tout de même réinscrites sur la liste en justifiant de leur adresse actuelle, avant la date limite du 31 décembre 2016. 

Reste que seule une soixantaine de dossiers ont été pris en charge par Me Stehly et sa collègue Me Sandra Isly qui expliquent: "Les démarches sont compliquées, on peut comprendre que certains n'aient pas cherché à contester leur radiation. Mais il y aura bientôt les législatives, et ils peuvent toujours se manifester pour pouvoir voter à ce moment-là". 

P.L avec AFP