BFMTV

Fréjus, Avignon, Marseille: 10 villes que la droite peut perdre

Municipales: ces villes qui peuvent basculer

Municipales: ces villes qui peuvent basculer - -

Avignon, Montauban, Bayonne... Focus sur ces villes que la droite peut perdre aux élections municipales des 23 et 30 mars prochains.

En mal de leadership, acculé par un FN qui compte inscrire son record de triangulaires, la droite - l'UMP et le centre - pourraient voir plusieurs de ses villes basculer dans le giron de la gauche ou du FN, lors des municipales de mars prochain. Zoom sur 10 villes que la droite peut perdre.

>> Carte des villes qui peuvent basculer:

Voir en plein écran

> Dans le viseur de la gauche

• Avignon: La candidate PS Cécile Helle pourrait profiter d'une triangulaire pour ravir la mairie à l'UMP. Selon un sondage Ifop de janvier, elle remporterait l'élection municipale avec 44% des voix dans une triangulaire avec le candidat UMP Bernard Chaussegros (32%) et le candidat Rassemblement Bleu Marine (RBM) Philippe Lottiaux (24%).

Marseille: Le sénateur-maire sortant Jean-Claude Gaudin, candidat à un 4e mandat, affronte le PS Patrick Mennucci, les sondages promettent un score très serré. Le FN pourrait également dépasser les 20%. >> Retrouvez ici toute l'actualité sur les municipales à Marseille

• Aix-en-Provence: La droite part divisée avec la sortante UMP, Maryse Joissains, affaiblie par une enquête sur de possibles emplois fictifs et des dissidences dans son camp.

• Nancy: La succession d'André Rossinot s'annonce particulièrement ouverte à Nancy, où son héritier désigné Laurent Hénart (UDI comme lui) tient en respect son challenger socialiste Mathieu Klein, dans une ville où l'évolution sociologique et les derniers scrutins sont favorables à la gauche.

• Bayonne: La fin de la dynastie centriste Grenet qui règnait depuis 55 ans. La droite est dispersée et la liste PS élargie à des nationalistes modérés a ses chances.

• Montauban: La sortante UMP, Brigitte Barèges, livre un nouveau combat contre l'ex-maire PS Roland Garrigues. Le FN pourrait jouer les arbitres.

• Calais: La maire sortante UMP Natacha Bouchart est candidate à sa succession. Yann Capet, figure montante du PS, a lui pour ambition de replacer la ville dans le giron de la gauche. Egalement en lice: un ancien maire communiste Jacky Hénin et la FN Françoise Vernalde.

• Bourges: Le maire UDI Serge Lepeltier raccroche. Pour le remplacer: trois listes à droite et autant à gauche. La socialiste Irène Félix entend enlever à la droite cet ancien bastion communiste.

> Dans le viseur du FN

• Fréjus: Bien que condamné en janvier à 5 ans d'interdiction de droits civiques pour prise illégale d'intérêts et récemment lâché par l'UMP et par son prédécesseur François Léotard, le maire de Fréjus, Elie Brun brigue quand même un nouveau mandat en mars, ayant annoncé faire appel de cette décision. Cet appel, suspensif, lui permettra donc de briguer un 4e mandat. Mais cette situation pourrait favoriser d'autres candidatures, dont celle du candidat FN bien implanté David Rachline. Celui-ci avait rassemblé aux législatives de 2012 dans la 5e circonscription du Var plus de 40% des voix.

Perpignan: Le candidat du Front national à la mairie de Perpignan, Louis Aliot, compte bien ravir la ville à la droite. C'est l'un des objectifs affichés du FN. Mais selon un sondage TNS Sofres, le maire sortant UMP, Jean-Marc Pujol, l'emporterait largement au second tour des municipales dans le cas d'une triangulaire.

Hélène Favier et Olivier Laffargue