BFMTV
Législatives

Législatives: Juppé prend de la distance par rapport aux investitures décidées par Les Républicains

Alain Juppé lors d'une visite à Mainbervilliers, en Seine-et-Marne.

Alain Juppé lors d'une visite à Mainbervilliers, en Seine-et-Marne. - Martin Bureau - AFP

Alain Juppé, candidat à la primaire de la droite, "ne se sent pas engagé" par les investitures décidées par le parti les Républicains présidé par Nicolas Sarkozy.

"C'est un processus mené à la hussarde. Il n'y a pas de volonté d'équilibre et de rassemblement" dans les investitures décidées par les Républicains en vue des législatives, a dénoncé Gilles Boyer, directeur de campagne d’Alain Juppé. Il a affirmé que "l'accord politique" entre les différents candidats à la primaire "n'a pas été respecté", et qu’en conséquence, le maire de Bordeaux ne se considérait pas "engagé" par les choix effectués.

Si Juppé gagne la primaire, des investitures seront "revues"

Il ne s'agit que de "pré-désignations", a néanmoins tenu à rappeler Gilles Boyer, car les investitures pour les législatives de 2017 doivent être validées en décembre, soit après le résultat de la primaire des 20 et 27 novembre. La question de savoir si les investitures devaient être décidées avant ou après la primaire avait d’ailleurs fait l'objet d'un bras de fer il y a quelques semaines. Si c’est Alain Juppé qui emporte la primaire, "il y a des investitures qui seront revues", a ainsi d’ores et déjà prévenu le directeur de campagne, sans plus de précisions. Les candidats juppéistes ont été "écartés", a-t-il souligné, le cas du juppéiste Maël de Calan, élu du Finistère, étant gelé.

A.M avec AFP