BFMTV
Législatives

Taha Bouhafs accusé de violences sexuelles, La France insoumise ouvre une enquête interne

INFO BFMTV - LFI a reçu un signalement concernant Taha Bouhafs, un temps investi candidat de la Nouvelle union populaire écologique et sociale dans le Rhône. Le mouvement a lancé une enquête en interne après ces accusations.

Après la convention d’investiture de la Nouvelle union populaire écologique et sociale (Nupes) samedi soir en vue des législatives, La France insoumise a saisi son comité contre les violences sexistes et sexuelles afin d'ouvrir une enquête au sujet de Taha Bouhafs, un temps investi candidat dans le Rhône, indiquent plusieurs sources à BFMTV.

Après la publication de cet article, le Comité de suivi contre les violences sexistes et sexuelles de la France insoumise a confirmé avoir été saisi samedi "d’un témoignage relatant des faits supposés de violences sexuelles reprochées à Taha Bouhafs". "Une procédure a été enclenchée immédiatement" et l'intéressé "a été confronté aux accusations dont il faisait l’objet ce lundi", assure l'instance dans un communiqué.

"Il lui a été signifié qu'en raison de la gravité des faits supposés, par principe de précaution, et conformément aux textes définissant les principes du mouvement, la France insoumise pouvait être amenée à ne pas l'investir", poursuit le Comité.

"Après cette confrontation et avant même la fin de notre procédure interne, Taha Bouhafs a fait le choix de renoncer de lui même à l’investiture pour les élections législatives."

Un retrait annoncé lundi

Taha Bouhafs était candidat à Vénissieux, dans la 14e circonscription du Rhône. Sa candidature suscitait la polémique, notamment en raison de sa condamnation à l'automne dernier, en première instance, pour injure raciste. Il a fait appel de cette décision.

Dans la nuit de lundi à mardi, le journaliste a annoncé son retrait dans un communiqué de presse, affirmant qu’il faisait face à une "tempête d’attaques sans précédent". Jean-Luc Mélenchon lui a apporté son soutien, dénonçant la "meute" qui "s’est acharnée contre lui".

Des "calomnies"

"J'étais déjà à bout, le signalement a été la dernière goutte qui m'a conduit à me retirer", affirme Taha Bouhafs auprès de Mediapart. "Cela fait partie des calomnies évoquées dans mon communiqué."

Auprès du site internet, il évoque une accusation de violence sexuelle "d'une ex-petite amie" mais n'y répond pas. "Je crois profondément dans le combat politique contre les violences faites aux femmes et accepte le processus d'accueil de la parole", assure-t-il. "Je considère que toute personne faisant l'objet d'accusation doit se retirer de la vie publique dans l'attente de la vérification de cette parole. Ce que j'ai décidé de faire. Je n'ai pas connaissance d'autres alertes."

Depuis le retrait de Taha Bouhafs, la France insoumise a annoncé avoir investi un nouveau candidat dans la 14e circonscription du Rhône. Il s'agit d'Idir Boumertit, quatrième adjoint à la mairie de Vénissieux, dirigée par la communiste Michèle Picard. Cette dernière avait dénoncé la candidature de Taha Bouhafs dans la circonscription, évoquant un "parachutage".

Marie Gentric avec Elisa Fernandez