BFMTV

Buvette, cachot, salle de sport... cinq lieux cachés de l’Assemblée nationale

-

- - -

A l'issue du second tour des élections législatives ce dimanche, de nombreux députés feront leur entrée à l'Assemblée nationale. Outre l'hémicycle où ils siégeront une partie du temps, d'autres endroits beaucoup plus discrets leur sont réservés.

Face à la place de la Concorde, l'Assemblée nationale est l'un des emblèmes de la République. Outre les 577 députés qui viennent y siéger, plus d'un millier de personnes travaillent au Palais Bourbon, doté des services et équipements d'une petite ville. 

Une buvette loin des caméras

Entre les murs de l'Assemblée, la buvette est la chasse gardée des députés. Cet endroit réservé aux parlementaires a tout d'un café parisien chic avec son décor Art nouveau, son zinc et son jardin. Les députés de tous bords viennent y prendre leur café, un verre ou manger un morceau. En coulisses, ce lieu convivial est aussi propice aux tractations politiques. Dans un article de L'Obs daté de 2010, des députés se défendaient d'y passer leur temps au détriment de leur travail parlementaire.

"Il faut sortir de l'idée que c'est un endroit où on va s'arsouiller. On débat, on échange. On refait la séance comme on fait le match", expliquait Alain Néry, alors député du Puy-de-Dôme.

Du côté de l'addition, il serait de tradition qu'en cas de séance prolongée, le ministre concerné offre le dîner ou sa tournée aux députés présents. Des ministres se seraient toutefois déjà éclipsés sans payer l'addition rapporte L'Obs.

Salon de coiffure et bureau de poste

Dans le Palais Bourbon, les députés ont tout à disposition pour pouvoir travailler en continu. A ce titre, pour ceux dont l'agenda serait trop chargé pour s'octroyer un passage chez le coiffeur, un salon est directement installé à l'Assemblée. 

Un véritable bureau de poste est aussi à la disposition des députés et de leur équipe. Plus de 11 millions de plis y sont expédiés chaque année. Les frais de courrier dans le cadre de la mission des députés sont pris en charge, dans la limite de 12.000 euros annuels pour couvrir les dépenses d'affranchissement, précise une fiche de l'Assemblée sur la situation matérielle du député

Des chambres pour les députés

Tous les parlementaires de l'Assemblée nationale disposent d'un bureau individuel au Palais Bourbon ou dans l'une de ses dépendances. La plupart de ces bureaux sont dotés d'un lit armoire. Au 101 rue de l'Université, juste en face de l'Assemblée nationale, l'immeuble Chaban-Delmas inauguré en 2002 abrite une soixantaine de bureaux de députés ainsi que 51 chambres.

Celles-ci sont accessibles aux parlementaires qui veulent se reposer, notamment après les séances de nuit. Ils peuvent y dormir "moyennant une participation", indique le site de l'Assemblée nationale. C'est aussi dans ce bâtiment que se trouve le restaurant parlementaire. 

Un cachot et une cellule de dégrisement

En 2010, une découverte étonnante a été faite au sein de l'Assemblée nationale à l'occasion de travaux. Un cachot, datant de la construction du Palais Bourbon en 1722, a été mis au jour à proximité de l'hémicycle, relate un article du Parisien de l'époque. Cette pièce de 2 mètres sur 1,5 mètres n'était meublée que d'un banc de pierre. 

Jusqu'alors, seule une autre pièce baptisée "cellule de dégrisement" était connue. Cette pièce, en réalité un petit local meublé, a véritablement servi à enfermer des députés. Le dernier à y être passé est le comte Armand Léon de Baudry d'Asson, un député royaliste notoirement antisémite et ultra-conservateur. Ce dernier, connu pour ses vives interruptions dans l'hémicycle, y a séjourné brièvement sous Léon Gambetta en 1880, emmené de force par une vingtaine de soldats, rapporte un article du Monde. 

Une salle de sport

Prompts à s'adonner aux joutes verbales dans l'hémicycle, les députés peuvent aussi s'affronter... sur la piste d'escrime de l'Assemblée. Les sous-sols de l'Assemblée abritent en effet une salle dédiée au sport.

Dans ces locaux, les députés, leurs collaborateurs et plus largement le personnel de l'Assemblée peuvent accéder à des équipements de musculation ou encore à des cours de gym sous réserve d'adhérer à l'Association sportive et culturelle de l'Assemblée nationale, moyennant cotisation. 

Carole Blanchard