BFMTV
Politique

EELV: les "conditions" d'un retour au gouvernement toujours "pas réunies"

Julien Bayou, porte-parole d'EELV, le 13 décembre 2015 à Paris

Julien Bayou, porte-parole d'EELV, le 13 décembre 2015 à Paris - LOIC VENANCE, AFP/Archives

Les porte-parole d'Europe Ecologie - Les Verts ont mis la pression sur les écolos potentiels ministres, Emmanuelle Cosse et Denis Baupin, en rappelant que les conditions n'étaient "pas réunies" pour un retour au gouvernement.

Europe Écologie-Les Verts (EELV) a estimé mercredi soir que les conditions ne sont "pas réunies" pour un retour au gouvernement, assurant ne pas avoir été "contacté" alors que les noms d'Emmanuelle Cosse et Denis Baupin circulent pour le remaniement. "A ce jour, EELV n’a pas été contacté", écrivent dans un communiqué les porte-parole du parti, Julien Bayou et Sandrine Rousseau.

Mais "si les conditions n’étaient plus réunies pour faire progresser l’écologie en avril 2014 lors de la sortie de Cécile Duflot et de Pascal Canfin du gouvernement, elles ne le sont pas plus aujourd’hui", ajoutent-ils, dans ce qui ressemble beaucoup à une mise en garde aux représentants d'EELV qui seraient tentés d'entrer dans le gouvernement.

Un avertissement répété par Julien Bayou, porte-parole d'EELV, mercredi soir sur Twitter.

Joint par BFMTV.com jeudi, Julien Bayou persiste et va même plus loin: selon lui, "si Emmanuelle Cosse va au gouvernement, on perd une adhérente. Elle y va à titre personnel". 

Baupin et Cosse cités

Emmanuelle Cosse, secrétaire nationale d'EELV, ainsi que son mari, le député, Denis Baupin, sont régulièrement cités dans la presse comme susceptibles de pouvoir entrer au gouvernement, alors qu'un remaniement devrait être mené jeudi. Selon Le Monde, la question a été évoquée lors d'une réunion téléphonique mardi. Une réunion au cours de laquelle Emmanuelle Cosse aurait affirmé ne pas avoir été contactée, sans exclure de réfléchir si on lui proposait un poste.

Le communiqué publié mercredi soir rappelle la procédure à suivre: "si une proposition du Président de la République et du Premier ministre était éventuellement faite à l’ensemble du mouvement, le Bureau exécutif l’étudiera avec responsabilité et rendra un avis, avant de soumettre une feuille de route au Parlement du parti (le Conseil fédéral) qui se prononcera rapidement".

"L’évolution de la politique gouvernementale ne laisse pas entrevoir un horizon favorable à des politiques plus écologistes, solidaires, compatibles avec le besoin de justice sociale et à même de construire une société apaisée dont l’une de nos valeurs cardinales, la fraternité, est profondément atteinte par le principe de déchéance de nationalité que le gouvernement souhaite inscrire dans la Constitution française", souligne encore EELV.

la rédaction avec AFP