BFMTV

Deux ONG demandent aux politiques de rendre publiques leurs rencontres avec des lobbies

Des manifestants contre le poids des lobbies dans les décisions publiques, le 23 octobre 2018 à Strasbourg.

Des manifestants contre le poids des lobbies dans les décisions publiques, le 23 octobre 2018 à Strasbourg. - Frederick Florin - AFP

Quatre Français sur cinq estiment que les responsables politiques sont influencés par les lobbies, selon un sondage réalisé pour WWF et Transparency international France. En réaction, les deux ONG lancent ce lundi une campagne pour "lever le voile" sur ces relations parfois obscures.

La défiance envers les politiques reste forte. En effet, 79% des Français jugent que les responsables publics sont trop influencés par les lobbies, selon un sondage Ifop réalisé pour Transparency international et WWF. "Pesticides, perturbateurs endocriniens, énergies fossiles, plastique… Les scandales sur les actions de lobbying défraient régulièrement la chronique", dénoncent les deux organismes non-gouvernementaux.

Pour éviter les dérives, ces ONG lancent ce lundi une campagne visant à "lever le voile sur les relations entre les lobbies et les responsables politiques". Ils appellent ces derniers à "rendre publics et accessibles leurs agendas des rencontres" avec les représentants de groupes d'intérêts, une mesure soutenue par 84% des sondés.

"Les décisions étant prises en leur nom, les citoyens sont en droit de savoir comment est influencée une loi", soutient dans un communiqué Marc-André Ferrer, président de Transparency international France. "Cette traçabilité est essentielle pour renforcer la crédibilité de l’action publique."

"Le lobbying est au cœur de notre démocratie"

Entreprises, syndicats, associations ou même certains cultes sont autant d’acteurs qui peuvent intervenir directement ou indirectement auprès des responsables politiques pour influencer une décision publique. "Le lobbying est au cœur de notre démocratie", observe la branche françaies de Transparency international dans un récent rapport.

L’ONG note que ces représentants d’intérêts, s’ils agissent avec "intégrité", peuvent jouer un rôle positif permettant ainsi aux "décideurs publics de prendre leurs décisions en ayant pleinement conscience des opinions de toutes les composantes de la société". Mais des écueils subsistent:

"Un lobbying non régulé peut entraîner des abus, avec un processus démocratique accaparé par une minorité. Chaque scandale réduit la confiance dans nos institutions et distille l’idée que les responsables publics seraient manipulés ou sous influence", continue l’organisme.

Méfiants tout autant que défiants, plus de quatre Français sur cinq estiment qu'ils devraient être au courant des textes de loi que les lobbies cherchent à influencer, dans quel sens et avec quels moyens.

Ambre Lepoivre