BFMTV

Corse: "Pour nous l'objectif n'est pas l'indépendance mais un statut d'autonomie", assure Gilles Simeoni

Gilles Simeoni, président du Conseil exécutif de Corse, le 30 mars 2017

Gilles Simeoni, président du Conseil exécutif de Corse, le 30 mars 2017 - AFP

La Corse, en contact avec la Catalogne, ne souhaite pas suivre le chemin du référendum, mais celui de l'autonomie assure le président du Conseil exécutif de Corse.

Le président du Conseil exécutif de Corse, Gilles Simeoni, a donné son avis ce lundi sur RTL sur le référendum d'autodétermination en Catalogne. Mais il a également souhaité s'exprimer à propos du statut de la Corse: "Nous regardons avec intérêt ce qui se passe en Catalogne (...) je pense qu'à partir du moment où des citoyens veulent s'exprimer par les urnes il faut accompagner et soutenir cette démarche quel que soit d'ailleurs le résultat",a-t-il exprimé. 

"Il y a un problème qui est fondamentalement politique, et comme toujours dans ce genre de situation on ne peut en sortir que par une solution politique qui passe à mon avis par la reprise du dialogue entre les institutions catalanes et l'Etat espagnol. (...) Aujourd'hui les situations entre la Corse et la Catalogne présentent un certain nombre de points communs (...) mais il y a aussi des différences fondamentales".

"Pour nous l'objectif n'est pas l'indépendance mais un statut d'autonomie"

"Je crois qu'agiter le spectre d'un référendum d'indépendance en Corse aujourd'hui n'a véritablement aucun sens (...) Pour nous l'objectif n'est pas l'indépendance mais un statut d'autonomie", a-t-il ajouté. "Nous nous voulons sortir de la logique de subvention et aller vers une logique de responsabilité, par exemple exercer un certain nombre de compétences en matière fiscale". 

"Nous ne sommes pas dans une logique de rupture, nous sommes dans une logique fondamentalement démocratique", avant d'expliquer avoir des liens avec la Catalogne: "Le président de la Catalogne m'a reçu pendant deux heures, nous avons parlé des relations économiques à construire entre la Corse et la Catalogne (...) de l'axe méditerranéen qu'il faut à mon avis renforcer (...)nous avons parlé aussi de notre aspiration qui celle-ci est commune de l'identité catalane, de l'identité corse", a-t-il assuré. 

S.Z avec AFP