BFMTV

Coronavirus: Macron évoque un déconfinement modulé par secteurs et par région

Le président de la République, en déplacement en Bretagne, a brièvement évoqué la possible stratégie du gouvernement pour le déconfinement progressif.

L'après 11 mai ne se pas géré partout pareil en France. Emmanuel Macron a livré mercredi quelques indices sur le futur plan de déconfinement en évoquant des mesures plus ou moins rapides "selon les secteurs et selon les régions" lors de la visite d'un supermarché en Bretagne.

"Il y aura peut-être sur certains sujets des étapes qui pourront se passer plus vite dans les endroits où le virus ne s'est pas répandu", a-t-il indiqué pendant cette visite, alors que l'exécutif prépare un déconfinement progressif en France à partir du 11 mai.

"La stratégie de tester, isoler, accompagner doit permettre d'endiguer les choses et d'éviter la montée d'une deuxième vague. On a besoin de faire baisser le nombre de cas quotidien dans le pays pour que ce soit gérable", a rappelé le chef de l'État.

"On prépare une deuxième étape dont on ne sait pas combien de temps elle va durer, qui sera progressive, concertée, parfois lente, peut-être différenciée selon les secteurs d'activité ou selon les régions plus ou moins impactées", a-t-il poursuivi. 

Interrogée mercredi soir sur BFMTV, la porte-parole du gouvernement Sibeth Ndiaye est également revenue sur un éventuel déconfinement région par région. 

"Faudra-t-il un déconfinement national où partout pareil on fera la même chose et au même rythme? Ça n’est pas forcément le cas", estime la porte-parole du gouvernement qui ajoute qu'il pourrait y avoir "des différences entre les territoires dans l’application d’une doctrine nationale, c’est ce à quoi nous travaillons exactement aujourd’hui en lien avec les collectivités locales et les autorités sanitaires."

"On n'a pas envie de faire des étapes en arrière"

Les différents ministres concernés par le déconfinement ont remis mercredi à Matignon une première mouture de leurs plans sectoriels pour l'après 11 mai, qui seront intégrés d'ici la fin du mois dans un projet global aux allures de casse-tête.

"Il faut avoir des caps réguliers et être très prudent à chacun de ces caps, car on n'a pas envie de faire des étapes en arrière, a signifié Emmanuel Macron. Ça s'améliore tout doucement, c'est le fruit de l'effort inédit demandé à la nation. Il ne faut pas remettre en cause cet effort par un retour trop précipité à la normale."

"Il faut reconquérir pas à pas et savoir aussi inventer quelques nouveaux horizons", a-t-il conclu.

H.G. avec AFP