BFMTV

Coronavirus: 28 établissements scolaires et 262 classes fermés en France ce lundi à cause de l'épidémie

Lors de la soirée spéciale "Rentrée face au Covid-19" de BFMTV ce lundi soir, le ministre de l'Éducation a tiré un nouveau bilan des fermetures de classes et d'écoles à cause du coronavirus depuis la rentrée en France.

Invité de notre soirée spéciale ce lundi, "La rentrée face au Covid", le ministre de l'Éducation Jean-Michel Blanquer a annoncé que 28 établissements scolaires - sur un peu plus de 60.000 - et 262 classes sont actuellement fermés en France à cause de l'épidémie de coronavirus

Jean-Michel Blanquer a déclaré avoir vécu cette rentrée "de façon vigilante".

"Il faut s'attendre à des fermetures de classes et d'écoles ou d'établissements. C'est le corolaire indispensable de la vigilance que nous avons. Nous fermons assez facilement de façon à être très prudents", a prévenu le ministre. Notre premier objectif était que les enfants reviennent, que tout le monde revienne, les adultes aussi et que ça donne le La à l'ensemble du pays puisque que dans notre pays en particulier, le rythme de l'école, c'est le rythme de la France", a-t-il ajouté.

Fermeture d'école envisageable à partir de 3 cas

Concernant le nombre d'écoles fermées, le ministre de l'Éducation explique que "c'est le genre de chose que nous attendions. C'est un chiffre qui est forcément en progression, il va être probablement être plus élevé au cours des prochains temps", a-t-il précisé, puisque "trois adultes" malades peuvent "facilement" conduire à une fermeture de classe ou d'établissement.

"Il est normal que dans une société atteinte par l'epidémie, l'école tienne compte de ce phénomène", a ajouté le ministre, qui affirme cependant qu'"il n'y a jamais eu aussi peu de fermetures de classes en France".

Tests salivaires "pas encore mûrs" et "fiables"

Interrogé sur le port du masque chez les enfants du primaire, Jean-Michel Blanquer a par ailleurs déclaré qu'il s'agissait d'"un point de vue très minoritaire". "La grande majorité des états du monde font comme nous, a-t-il défendu.

Par ailleurs, le ministre juge les tests salivaires "pas encore pleinement mûrs et fiables" et exclut leur mise en place dans les écoles françaises.

Fanny Rocher