BFMTV

Consulat à Los Angeles: la nomination de Philippe Besson, proche des Macron, annulée par le Conseil de l'Etat

Philippe Besson

Philippe Besson - JOEL SAGET / AFP

Le décret d'août 2018 qui portait sur la nomination de l'écrivain Philippe Besson, ami du couple Macron, au poste de consul général de Los Angeles, a été retoqué par le Conseil d'Etat il y a quelques jours, comme l'a dévoilé France Inter ce mercredi.

Philippe Besson ne s'assiéra donc pas dans l'ancien fauteuil de Romain Gary, qui fut consul général à Los Angeles. La nomination à ce poste de l'écrivain, ami du couple Macron et auteur d'Un personnage de roman, récit très favorable envers la campagne présidentielle de l'actuel chef de l'Etat, a en effet été retoquée par le Conseil d'Etat, comme le révèle France Inter ce mercredi.

Une décision prise il y a quelques jours 

Plus précisément, c'est le décret pris par l'exécutif le 4 août 2018, prétendant envoyer Philippe Besson représenter la France en Californie, qui a été purement et simplement annulé. La décision a été arrêtée le 15 mars dernier au Palais-royal et doit être rendue publique sous peu. Le texte du Conseil d'Etat dit la chose suivante dans son article 1:

"Le décret du 3 août 2018 est annulé en tant qu’il ajoute à la liste des emplois supérieurs pour lesquels la nomination est laissée à la décision du Gouvernement les emplois de consul général de France à Barcelone, Bombay, Boston, au Cap, à Djeddah, Dubaï, Edimbourg, Erbil, Francfort, Hong-Kong, Istanbul, Kyoto, Los Angeles, Marrakech, Milan, Munich, Québec, Saint-Pétersbourg, Sao Paulo, Shanghai et Sydney". 

Une vaste controverse 

Le seul poste de consul général que le Conseil d'Etat consent à laisser à la discrétion de l'exécutif est celui de Jérusalem, "eu égard notamment aux spécificités du contexte local et au rôle qu’il est conduit à jouer dans les relations entre le Gouvernement français et l’Autorité palestinienne". 

La controverse était d'importance dans le monde de la diplomatie depuis l'annonce de la volonté gouvernementale de nommer un tout proche du président de la République, sans aucune expérience dans ce domaine, à cette fonction-clé. La CFDT du Quai d'Orsay avait ainsi saisi le Conseil d'Etat quelques semaines après la parution du décret. 

Robin Verner