BFMTV

Conseil stratégique de l'attractivité : "Hollande mène une politique de droite"

-

- - Crédits photo : nom de l'auteur / SOURCE

François Hollande lance aujourd'hui une opération de séduction des patrons étrangers pour les convaincre d'investir en France, une démarche qui s'inscrit dans la lignée du "pacte de responsabilité" promis aux entreprises pour relancer l'emploi.

Opération séduction. François Hollande reçoit une trentaine de patrons de grands groupes internationaux, ce matin à l'Elysée pour un conseil stratégique de l'attractivité. Objectif: les convaincre d'investir (ou d'investir d'avantage) en France.

Pour cela, le chef de l'Etat va faire la promotion des réformes engagées pour la compétitivité: CICE, pacte de responsabilité, choc de simplification. D'autres mesures devraient aussi être annoncées. La France devrait notamment faciliter l'obtention de visas pour les chefs d'entreprise étrangers. 10 ministres seront présents. Dimanche soir, 26 patrons ont déjà été reçus par Jean-Marc Ayrault pour un dîner à Matignon en présence de plusieurs ministres.

La première idée de ce conseil est de faciliter l'obtention de visas pour les investisseurs étrangers. Alors que ces derniers attendent entre trois et huit semaines pour être autoriser à de rentrer sur le sol français, le précieux sésame pourrait leur être délivré en quelques jours. Seconde piste: la mise en place d'un passeport spécial les enseignants chercheurs hautement qualifiés. Le dispositif pourrait concerner 4. à 10.000 personnes.

"Ce sera du gagnant-gagnant"

Enfin, le gouvernement veut aussi attirer plus d'étudiants étrangers, notamment scientifiques. Le titre de séjour pluriannuel devrait être généralisé aux inscrits en troisième année post-bac. Objectif : qu'il y ait 20% d'étudiants étrangers en 2025.

Ce conseil est une avancée positive pour Eduardo Rihan-Cypel, porte-parole du parti socialiste, qui se réjouit qu'on se préocuppe autant des patrons et des salariés. "François Hollande se préoccupe à la fois des chefs d’entreprise et des salariés. Le pacte de responsabilité se fait à deux. Le président a dit de manière très clair qu‘il souhaitait un compromis. Ce sera du gagnant-gagnant pour les patrons et les salariés."

Une analyse que ne partage pas Jean-Luc Mélenchon, co-président du Parti de gauche, qui était l'invité de BFM TV dimanche soir. Pour lui, ce conseil stratégique de l'attractivité ne sert à rien. "Réunir des grands patrons en disant aujourd’hui c’est la journée de l’attractivité, on se croirait à la fête de la chambre de commerce de Tulle", ironise-t-il. "Ce n’est pas sérieux. Il fait une politique économique de droite. Et à certains égards, il le fait d’une manière tellement idéologique que c’est ridicule. Ca ne peut pas être ca notre relation avec le patronat".

Même son de cloche chez Olivier Dartigolles, le porte-parole du parti communiste. "François Hollande doit augmenter les salaires, mettre fin aux licenciements boursiers. Il ne mène pas la politique pour laquelle il a été élu."

Les 20.000 entreprises étrangères et leurs filiales installées en France emploient environ 2 millions de personnes. Les capitaux étrangers représentent un stock de 503 milliards d'euros, selon l'Elysée.

La rédaction avec Claire Checcaglini