BFMTV

Bussereau favorable à la libéralisation des tarifs TGV à la SNCF

TGV à proximité de la cathédrale de Strasbourg. Le gouvernement est prêt à accorder plus de liberté à la SNCF pour fixer ses tarifs des TGV, notamment en première classe, mais lui demandera en échange plus de billets à bas prix, a déclaré lundi le secréta

TGV à proximité de la cathédrale de Strasbourg. Le gouvernement est prêt à accorder plus de liberté à la SNCF pour fixer ses tarifs des TGV, notamment en première classe, mais lui demandera en échange plus de billets à bas prix, a déclaré lundi le secréta - -

PARIS (Reuters) - Le gouvernement est prêt à accorder plus de liberté à la SNCF pour fixer ses tarifs TGV, notamment en première classe, mais lui...

PARIS (Reuters) - Le gouvernement est prêt à accorder plus de liberté à la SNCF pour fixer ses tarifs TGV, notamment en première classe, mais lui demandera en échange plus de billets à bas prix, a déclaré lundi le secrétaire d'Etat aux Transports, Dominique Bussereau.

La SNCF souhaite assouplir la procédure de fixation des prix, qui doivent actuellement évoluer dans une fourchette autour du tarif de référence fixé par l'Etat.

L'entreprise publique veut utiliser une partie des recettes de cette hausse pour assurer le financement des lignes déficitaires, notamment les Corail Inter-Cités, Téoz ou Luna.

La proposition a provoqué la colère de la Fédération nationale des usagers des transports publics (FNAUT) qui, comme le Parti socialiste, a estimé que la SNCF faisait payer aux usagers le désengagement de l'Etat.

Dominique Bussereau a déclaré lundi qu'il était favorable à cette évolution des tarifs SNCF puisque "les compagnies aériennes font ce qu'elles veulent avec les billets".

"La SNCF est dans la concurrence sur la plupart des distances. Qu'elle ait une liberté sur ses prix commerciaux - je ne parle pas du transport public comme le TER, le Francilien où il doit y avoir un encadrement - je le conçois tout à fait surtout en première classe où c'est une clientèle d'affaires", a-t-il expliqué sur RTL.

En échange, "on va demander à la SNCF beaucoup de billets Prem's (...) très appréciés par les familles et les jeunes et ceux qui veulent prendre le train à bas prix", a-t-il ajouté. "C'est l'équilibre qu'on va demander à la SNCF".

Interrogé sur l'évolution à venir des tarifs TGV, Dominique Bussereau a réclamé à la SNCF qu'elle respecte "la limite du bon sens". "Si on augmente trop, il n'y a plus de clients", a-t-il fait valoir.

Laure Bretton, édité par Yves Clarisse