BFMTV

Brignoles : « Quand le PS appelle à voter UMP… j’ai voté FN »

Le FN est arrivé en tête des élections cantonales partielles dimanche à Brignoles dans le Var.

Le FN est arrivé en tête des élections cantonales partielles dimanche à Brignoles dans le Var. - -

Laurent Lopez candidat du Front national est arrivé en tête de l'élection cantonale partielle de Brignoles, dans le Var avec 53,9% des voix face à la candidate UMP, Catherine Delzers (46,1%). Le front républicain n’a pas tenu.

La participation est en forte hausse par rapport au premier tour, où le FN était déjà arrivé en tête. Elle s'élève à 47,4%, soit 14 points de plus par rapport au 1er tour. Mais cet élan citoyen n’a pas changé l’ordre d’arrivée des candidats au premier tour. Dimanche encore c’est donc Laurent Lopez (53,9%) qui s’est maintenu à la première place et remporte donc cette élection cantonale devant la candidate UMP Catherine Dellzers (46,1%).

Le front républicain brisé

Le PS et le gouvernement, puis EELV avaient appelé à voter pour la candidate UMP afin de faire barrage au FN. Mais le front républicain n'a donc pas fonctionné. Marine Le Pen a salué une "belle victoire". Jean-François Copé voit dans cette défaite le résultat d'une "gestion désastreuse" de la ville par le PCF et du pays par le PS. Le premier secrétaire du PS, Harlem Désir, a déploré la victoire du FN, "qui rappelle à la gauche l'impérieuse nécessité de son rassemblement dans les territoires". A cinq mois des municipales, la gauche a perdu huit législatives partielles et trois cantonales en un an.

« Là, j'ai voté FN »

Simon a voté pour le Front National dimanche. Pourtant, il avait voté UMP lors du premier tour. C’est le front républicain qui ne lui a pas plu. « Là, au deuxième tour, j’ai voté FN. Bah, quand le PS appelle à voter UMP… S’ils veulent des alliances avec le PS, c’est leur droit mais tant qu’ils n’auront pas régler ce problème-là. Quand on reprend le problème de Chirac des années 80 on se dit que le FN, il est vraiment mièvre. Et puis y’en a marre de la politique nationale aussi ».

« L'argument de l'extrémisme ne fonctionne plus »

Marion Maréchal Le Pen, députée FN du Vaucluse. Elle salue une brillante victoire. « C’est une victoire politique avec un électorat hétérogène au-delà de notre électorat classique et une victoire institutionnelle car le verrou du front républicain saute et en cela c’est un espoir fabuleux pour les élections municipales et européennes. L’argument de l’extrémisme ne fonctionne plus les Français ne l’entendent plus. Ils ont essayé la droite puis la gauche. Maintenant ils se tournent vers un parti qui a tenu une cohérence depuis des années : le Front national ».

|||Municipales, européennes : FN, 1er parti de France ?

La rédaction avec Hugo Perrier