BFMTV

Bayrou : « Ce financement du RSA, c'est niet ! »

-

- - -

Invité sur RMC, François Bayrou, président du MoDem, est revenu sur ce qu'il considère comme l'une des mauvaises décisions du gouvernement de cet été : le financement du RSA.

François Bayrou : Pendant cet été, il y a eu 4 décisions principales prises en politique intérieure : le RSA, le fichier Edvige, l'affaire Corse et l'affaire Tapie. Elles disent toutes les quatre quelque chose qui selon moi ne va pas avec la France, avec ce qu'elle devrait faire.
D'abord, le financement du RSA : les classes moyennes vont porter toute la charge et les 300 000 foyers les plus fortunés du pays, eux, vont être mis à l'abri. Ça ne va pas.

Jean-Jacques Bourdin : Il ne faut donc pas exclure le RSA du bouclier fiscal ?

François Bayrou : C'est évident que si l'on crée cette taxe sur l'épargne - c'est le contraire des engagements pris -, au moins faut-il qu'elle soit juste et qu'elle touche tout le monde, spécialement les plus fortunés. Normalement, un impôt juste, c'est un impôt qui fait participer tout le monde à la mesure de ses possibilités.
Je ne comprends même pas ce qui, dans l'esprit du gouvernement, peut les amener à faire ça. Ils ne se rendent pas compte que c'est une terrible injustice.

Jean-Jacques Bourdin : Allez-vous voter le RSA et son financement ?

François Bayrou : Avec le RSA, je trouve qu'on s'approche beaucoup d'une usine à gaz ; ça devient terriblement compliqué. L'idée de départ du RSA était juste et simple : pour éviter que quelqu'un touchant le RMI et reprenant un emploi, y perde, on lui donnait une allocation compensatrice. Il y a 1 million de personnes au RMI. Et on dit que le RSA concernerait 4 millions de personnes.
Dans le fond, si l'idée est juste et maintenue, je voterai le RSA, mais je ne donnerai pas ma voix à un financement qui ciblerait les classes moyennes et exonèrerait les plus fortunés. C'est niet ! C'est inacceptable.

La rédaction-Bourdin & Co