BFMTV

Yvelines: ras-le-bol des policiers, mobilisés pour garder la résidence présidentielle de La Lanterne

Les policiers s'agacent de voir des effectifs mobilisés pour garder la résidence présidentielle de La Lanterne, dès qu'Emmanuel Macron s'y trouve le week-end. Ils dénoncent l'immobilisation de ces patrouilles, au détriment de leur mission de police-secours.

Dès qu'Emmanuel Macron est présent à la résidence de La Lanterne, la scène se répète. Devant la résidence présidentielle, située en lisière du château de Versailles, des voitures de police sont stationnées en retrait des allées ou devant les portes de service.

Si cette mission était auparavant dévolue aux CRS, ce sont désormais douze policiers affectés à la sécurité publique des Yvelines qui sont chargés de surveiller l'extérieur de La Lanterne. Pendant ces missions, ces policiers statiques n'assurent plus leur mission de police-secours.

"Vous avez quatre patrouilles en moins concrètement sur le département pour faire les tâches police-secours. Donc ça affecte les délais d'intervention. Si vous avez un équipage de l'agglomération qui est immobilisé sur la garde du site de La Lanterne, forcément ça a un impact direct sur les interventions de police-secours", regrette Julien Le Cam, secrétaire départemental 78 Alliance Police nationale. 

Depuis novembre et les manifestations des gilets jaunes, une quatrième patrouille a été dépêchée sur place. Conséquences: de nouveaux effectifs sont mobilisés ici du vendredi au dimanche, lorsqu'Emmanuel Macron est présent, au détriment des appels police-secours.

Une unité spéciale dédiée aux gardes? 

Face à cette lassitude des policiers, la direction départementale des Yvelines suggère la création d'une unité spécialement dédiée à ces gardes. Une perspective à laquelle les syndicats ne croient pas.

"On n'y croit plus parce qu'on a déjà un manque crucial d'effectif sur le département et venir créer une unité supplémentaire de 36 personnes... on n'y croit plus du tout", reconnaît Cyril Thiboust, secrétaire départemental 78 Unité-SGP Police.

En 2018, le département a obtenu six recrues, il en faudrait six fois plus pour créer cette unité dédiée aux gardes. Pour rassurer les syndicats, la préfecture des Yvelines annonce avoir fait remonter ce ras-le-bol au ministère de l'Intérieur. L'année dernière, 40% du temps de travail des unités de Versailles était consacré à des gardes statiques de surveillance.

Raphaël Maillochon avec Carole Blanchard