BFMTV

Violences intrafamiliales: les appels au 119 ont augmenté de 35% depuis le début du confinement

Le centre d'hébergement et de réinsertion sociale (CHRS) de Châtillon (Hauts-de-Seine), en août 2019 (PHOTO D'ILLUSTRATION).

Le centre d'hébergement et de réinsertion sociale (CHRS) de Châtillon (Hauts-de-Seine), en août 2019 (PHOTO D'ILLUSTRATION). - MARTIN BUREAU / AFP

Depuis le début du confinement, la ligne téléphonique consacrée aux violences intrafamiliales, le 119, a reçu plus de 37.000 appels, soit un millier chaque jour.

Depuis le début du confinement, le 119, la ligne téléphonique pour les violences intrafamiliales a augmenté de 35%, annonce au Parisien Pascal Vigneron, le directeur de 119 - Allô Enfance en Danger. Selon les jours, il s'agit presque d'un doublement du nombre d'appels par rapport à d'habitude. 

1000 appels par jour

Le 119 a reçu depuis la mi-mars 37.000 appels, ce qui correspond à environ 1000 appels par jour, avec des pics à 1400 appels, précise Pascal Vigneron. "L'effet confinement vient exacerber les tensions", rappelle-t-il, ajoutant qu'avec les mesures de distanciation sociale, "il n'y a pas de tiers qui puisse intervenir."

Dans le détail, le 119 a reçu:

30% d'appels pour des "violences psychologiques"
20% d'appels pour des cas de "violences physiques"
16% d'appels pour "négligence de l'enfant"
9% d'appels pour "violences au sein du couple"

Début avril, le secrétaire d'Etat Adrien Taquet soulignait sur BFMTV que cette hausse du nombre d'appels traduisait également une prise de conscience au sein de la population, afin de signaler toutes les violences, par un voisin ou un camarade de classe:

"Cela signifie que tous les messages qu'on essaye de relayer sur la nécessité d'être attentif aux cris qu'on entend de l'autre côté du mur, tout ça commence probablement à porter ses fruits", avait déclaré le Secrétaire d'Etat à la protection de l'Enfance.
Esther Paolini