BFMTV

Une policière "sérieusement brûlée" au visage

-

- - -

Une policière a été brûlée au visage et aux yeux lors d'une altercation vendredi soir avec des jeunes à Montigny-le-Bretonneux dans les Yvelines.

Une policière de 21 ans a été "sérieusement brûlée" au visage et aux yeux lors d'une altercation vendredi soir avec une quarantaine de jeunes à Montigny-le-Bretonneux dans les Yvelines. Le pronostic à son égard est "optimiste", a dit samedi une source policière, confirmant partiellement une information du Parisien. Selon le quotidien, la policière a pu regagner son domicile.

Cette adjointe de sécurité a été admise vers 20h00 à l'hôpital des Quinze-Vingt à Paris (XIIe), spécialisé dans les urgences ophtalmologiques, avant de regagner son domicile dans la soirée.

Elle souffre de brûlures "sérieuses" au niveau du visage et des yeux, causées par des projections de gaz lacrymogène très concentré. "Les séquelles devront être déterminées ultérieurement, mais le pronostic des médecins est optimiste", a expliqué cette source policière.

"Les jeunes ont commencé à vouloir se battre"

Selon une source proche du dossier, la jeune femme, qui dit ressentir des "troubles visuels" a eu un point de suture au nez, et s'est vue attribué une ITT provisoire de dix jours. Elle passera un bilan ophtalmique après que l'hématome aura dégonflé.

La policière du commissariat de Guyancourt a été blessée au cours d'une altercation avec une quarantaine de jeunes "perturbateurs", qui "fichaient le bazar dans deux magasins du centre commercial régional", aux alentours de 18h00, a précisé cette même source. Les policiers avaient été appelés à deux reprises pour les faire sortir.

Une gazeuse lacrymogène lui explose au visage

"Les jeunes ont commencé à vouloir se battre avec les policiers" et, dans l'action, l'un des fauteurs de trouble a donné un coup de poing à une gazeuse lacrymogène de grand format qui a explosé au visage de la jeune femme. Deux autres collègues ont eux aussi été aspergés par le contenu, mais leur état n'a pas nécessité un transport vers l'hôpital.

Les jeunes ont profité du fait que tous les policiers étaient gênés par le gaz lacrymogène pour prendre la fuite. L'un d'entre eux a cependant pu être interpellé et mis en garde à vue. La commissariat local est saisi de l'enquête.