BFMTV

Une cagnotte de soutien aux gilets jaunes blessés pendant les manifestations fait polémique

Les fonds devraient selon toute vraisemblance être confiés à un notaire, chargé du relais avec les manifestants blessés.

Lancée le 9 janvier passé par la figure des gilets jaunes Eric Drouet, la cagnotte de soutien aux blessés des manifestations n'en finit plus de faire polémique. Alors que les dons dépassent à l'heure actuelle les 147.000 euros, l'avenir de cette somme pose en effet question.

Dans un premier temps, il avait été convenu entre Eric Drouet et Antonio Barbetta, fondateur de l'association France blessée, que les fonds seraient reversés à sa structure. Une promesse qui semble finalement avoir du plomb dans l'aile. 

"Le jour J, quand tout était prêt à être signé, j’ai appelé plusieurs fois Eric Drouet, en vain, j’ai laissé des messages il ne m’a pas répondu", explique ce dernier. 

Dons confiés à un notaire

Dans la foulée, le principal intéressé a réagi, également sur les réseaux sociaux. Pour lui, cette hésitation vient du fait que certains donneurs seraient en fait peu enclins à ce que les dons soient utilisés pour aider les blessés à assumer leurs frais médicaux. 

"Je ne vais même pas le donner à une association parce qu’on pourrait encore me reprocher", estime-t-il, assurant que la somme serait finalement reversée à un notaire, qui entrera lui-même en contact avec les blessés.

Pour Delphine Meillet, avocate au barreau de Paris, cette pratique reste légale. "Vous faites un don auprès de la cagnotte qui après l’utilise comme elle l’entend", assure-t-elle. 

En revanche, il est interdit par la loi d'utiliser les dons pour payer des contraventions. Pour cette raison, la cagnotte en soutien à l'ex-boxeur Christophe Dettinger, reconnu coupable de violences envers les forces de l'ordre, avait été clôturée. 

Hugo Septier