BFMTV

Un tract anonyme dénonce un "pédophile" présumé

Recherchés, les auteurs de ce tract encourent jusqu'à 1 an de prison et 15.000 euros d'amende.

Recherchés, les auteurs de ce tract encourent jusqu'à 1 an de prison et 15.000 euros d'amende. - -

Dans l’Ain, un tract anonyme lance une véritable chasse au « pédophile en série en liberté ». Récemment remis en liberté provisoire par la justice suisse, qui le poursuit pour exhibition sexuelle, l’homme est « présumé innocent », rappelle la gendarmerie.

A Ferney-Voltaire, dans l’Ain, un tract anonyme sème la panique. Il appelle les habitants de cette commune proche de Genève à se mobiliser contre « un pédophile en série en liberté ». Récemment remis en liberté provisoire par la justice suisse, l’homme est poursuivi pour exhibition sexuelle.
« L’homme a sévi durant près de quinze ans et a reconnu avoir commis une soixantaine d'actes à caractère sexuel sur des fillettes âgées de 6 à 11 ans », affirme le document distribué dans les boîtes aux lettres, enjoignant les habitants à se « mobiliser pour faire partir de la région ce prédateur sexuel ». Le tract dévoile même l’adresse et le nom de la mère du présumé « pédophile », qui héberge son fils depuis octobre. Insultée par des habitants, l’octogénaire a déposé plainte.

« Cet homme est présumé innocent »

Soupçonné de faits « relevant plutôt de l'exhibition sexuelle » sur les territoires français et suisse, ce père de famille français « n'a jamais enlevé ou touché un enfant » et bénéficie de la « présomption d'innocence », assure le commandant de la gendarmerie de Gex, Emmanuel Fevre.
Et le procureur de la République de Bourg-en-Bresse, Marie-Christine Tarrare, ajoute que seule la justice suisse peut intervenir concernant cet homme. Une enquête a été ouverte pour retrouver les auteurs du tract, dont l’action est « pénalement répréhensible » et qui encourent ainsi jusqu'à un an d'emprisonnement et 15.000 euros d'amende. Et s’il existe bien un fichier qui recense les prédateurs sexuels condamnés par la justice, il n’est consultable que par la police, la gendarmerie et les magistrats.
La mairie de Ferney-Voltaire, tout comme la gendarmerie de Gex et le procureur de la République à Bourg-en-Bresse ont indiqué qu’ils ne feraient aucun commentaire sur cette affaire.

« Je ne laisserai pas mes enfants sortir seuls »

Dans le quartier, les réactions sont partagées. « Ce tract a permis d'alerter les parents et ça nous permet d'être plus vigilants », estime une mère de trois jeunes enfants, qui en cette soirée d’Halloween, « ne laissera pas ses enfants sortir seuls ». Pour elle, ce tract sert à « prévenir » et non pas à encourager « un lynchage ». Soulignant que « ce Monsieur a reconnu beaucoup de faits », elle ajoute : « même s'il est présumé innocent il ne faudrait pas qu'il fréquente les lieux publics, comme par exemple la piscine ».

« Je n’aime pas cet effet de masse »

Mais pour Rachid, un voisin de l’homme visé par le tract, « il ne faut pas lancer des accusations aussi graves comme ça à la volée, et puis surtout faire un courrier. C’est pas vraiment recommandable comme attitude. C’est un sujet assez délicat. Il y a des gens compétents qui peuvent vérifier la véracité des propos du "corbeau". Parce qu’il y a un effet de masse dont il faut se méfier ; c’est surtout ça que je n’aime pas. Il faut d’abord vérifier et il y a des gens qui sont payés pour s’occuper de ça ».