BFMTV

Un maire de l'Essonne placé en garde à vue après des accusations de viol

Des cordons de police autour de l'endroit où Clarissa Jean-Philippe avait été tuée, le 8 janvier 2015.

Des cordons de police autour de l'endroit où Clarissa Jean-Philippe avait été tuée, le 8 janvier 2015. - Kenzo Tribouillard - AFP

Le maire de Linas, dans l'Essonne, a été placé en garde à vue ce mercredi dans le cadre d'une affaire de viol présumé sur un jeune sans-papiers.

François Pelletant, le maire centriste de Linas, dans l'Essonne, a été placé en garde à vue ce mercredi, dans le cadre d’une affaire de viol présumé à l’encontre d’un jeune Tunisien sans-papiers, selon une information du Parisien, confirmée par BFM Paris.

Les faits remontent à 2015. L'élu était alors l'employeur et le bailleur du jeune immigré. La victime présumée avait déposé plainte un an plus tard, en décembre 2016.

Déjà condamné pour "harcèlement moral et sexuel" 

En 2017, le maire avait déjà comparu devant le tribunal des Prud’hommes de Paris pour harcèlement moral et sexuel à l’encontre du jeune homme. "Il n’avait pas le niveau professionnel prétendu et a été licencié en décembre 2015, il a ensuite effectué un chantage sur une histoire de viol complètement fausse", assurait alors l’élu, rappelle Le Parisien. Il avait été condamné à lui verser 66.000 euros. Une somme rabaissée à 31.000 euros devant la cour d'appel de Paris.

François Pelletant a par ailleurs été condamné en février 2018 par la Cour d'appel de Paris à deux ans de prison avec sursis et trois ans d'inéligibilité. Il était notamment accusé d'avoir détourné des fonds publics pour employer une dizaine de contrats d'avenir dans deux de ses associations, entre 2013 et 2015.

Raphaël Maillochon avec Cyrielle Cabot