BFMTV

Sid Ahmed Ghlam: deux personnes arrêtées dans les Yvelines 

Deux hommes ont été interpellés au petit matin dans les Yvelines, dans le cadre de l'enquête sur les complicités dont aurait pu profiter Sid Ahmed Ghlam, soupçonné du meurtre d'Aurélie Châtelain et d'un projet d'attentat contre au moins une église à Villejuif.

L'enquête s'accélère. Deux personnes ont été arrêtées dimanche à Limay et Mantes-la-Jolie, dans les Yvelines, dans le cadre de l’enquête sur Sid Ahmed Ghlam, le jeune étudiant soupçonné d'avoir préparé des attentats contre au moins une église du Val-de-Marne, et d'être impliqué dans le meurtre d'Aurélie Châtelain à Villejuif au mois d'avril.

Les deux suspects, deux hommes nés en 1980 et 1976, ont été placés en garde à vue au petit matin, pour "association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste". La loi prévoit une garde à vue qui peut durer potentiellement 96 heures. Les deux hommes sont arrivés dans les locaux de la SDAT (Sous-Direction anti-terroriste) à Levallois-Perret.

Selon nos informations, ces interpellations seraient en lien avec la voiture dans laquelle Sid Ahmed Ghlam aurait stocké des armes, voiture retrouvée à Aulnay-sous-Bois. L’un des hommes interpellés est soupçonné d’avoir fourni une voiture, des gilets pare-balles et des armes à Sid Ahmed Ghlam.

Arsenal de guerre

Les enquêteurs ont mené des perquisitions aux domiciles des deux hommes ainsi que dans plusieurs véhicules. Selon nos informations, du matériel informatique a été saisi. Le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, s'est exprimé en début d'après-midi, rappelant que "la lutte contre le terrorisme ne connaît aucune pause". 

Depuis le départ, les enquêteurs tentent de déterminer les soutiens dont semble avoir bénéficié le suspect, connu des services de la DGSI depuis le printemps 2014 pour s'être radicalisé. A son domicile, les enquêteurs avaient découvert un véritable arsenal.

Sid Ahmed Ghlam avait été mis en examen pour "assassinat et tentatives d'assassinats", pour "association de malfaiteurs en vue de commettre des crimes d'atteinte aux personnes", et pour diverses autres infractions, le tout en relation avec une entreprise terroriste. 

BFMTV