BFMTV

Attentats contre Charlie et l'Hyper cacher: les derniers jours des tueurs avant les attaques

Les enquêtes sur les attentats de janvier, contre Charlie Hebdo et l'Hyper Cacher, ont permis de retracer de façon assez précise le parcours des frères Kouachi et d'Amedy Coulibaly, pendant les quelques jours précédant leurs attaques.

Qu'ont fait les tueurs, dans les jours qui ont précédé les tueries de Charlie Hebdo et de l'Hyper Cacher? Depuis un an, les enquêteurs tentent de reconstituer les dernières semaines des frères Kouachi et d’Amedy Coulibaly. Comment se sont-ils préparés, comment se sont-ils armés, comment ont-ils choisi leurs cibles, comment se sont-ils coordonnés? BFMTV remonte le fil des derniers jours des terroristes, ainsi que leurs derniers échanges avec des images jamais vues.

Coulibaly, d'ultimes recherches sur Internet

Avant de passer à l'acte, Amedy Coulibaly a réglé soigneusement les derniers détails, à commencer par l'exfiltration de sa compagne Hayat Boumeddiene vers la Syrie. Le 1er janvier, ils quittent en pleine nuit leur appartement, direction l'Espagne. De retour en France, Amedy Coulibaly est libre pour agir. Il s'installe dans sa planque de Gentilly, dans le Val-de-Marne, le 4 janvier, où il fait des recherches sur les cibles qu'il pourrait attaquer.

"Dans l'ordinateur, il a été retrouvé des pages de Google où il est mentionné qu'il a fait des recherches sur certains magasins juifs", fait valoir Axel Metzker, avocat d'une partie civile de l'Hyper Cacher.

Saïd Kouachi et les derniers repérages

Toujours le 4 janvier, Saïd Kouachi quitte Reims pour Paris en covoiturage. Elisabeth, qui se trouve dans la voiture, va passer deux heures à ses côtés. Un détail retient son attention à leur arrivée dans la capitale. "Il est sorti le premier. Une fois qu'il a eu son sac à dos, il n'est pas parti tout de suite", explique-t-elle à BFMTV. "Il a attendu que je reparte et que le conducteur reparte aussi pour partir à son tour. Je me suis dit qu'il attendait qu'on parte pour ne pas qu'on voit dans quelle direction il allait". 

D'après ses relevés téléphoniques, Saïd Kouachi s'est rendu dans le 11e arrondissement. Les enquêteurs pensent qu'il a été repérer une dernière fois les locaux de Charlie Hebdo, où il abattra 11 personnes avec son frère, le 7 janvier.

Une étrange visite chez Chérif Kouachi

Chérif Kouachi, lui, se charge de la logistique. Le 6 janvier, la veille de l'attentat, il va faire des courses dans une grande zone commerciale de Gennevilliers, dans les Hauts-de-Seine. Il achète notamment des masques de peinture et une paire de jumelles. Le soir, il reçoit une visite éclair, dont se souvient sa femme.

"Nous étions couchés tous les deux quand l'interphone a sonné. Chérif a répondu (...). Et c'est quelques minutes après qu'il est sorti, prétextant qu'il avait chaud. Il est resté dehors pendant 15 ou 20 minutes", a-t-elle déclaré aux enquêteurs. 

Ceux-ci ont pu déterminer que ce soir là, Chérif Kouachi a vu pour la dernière fois Amedy Coulibaly. Les deux hommes ont sans doute réglé les derniers détails de leur opération. 

Un message d'un commanditaire envoyé à Coulibaly

Le 7 janvier, au petit matin, Saïd Kouachi quitte son domicile de Reims pour rejoindre Paris, en train cette fois-ci. A 10h19, Chérif Kouachi envoie un texto à Amedy Coulibaly, probablement pour le prévenir de son départ vers Charlie Hebdo.

A 14 heures, alors que les frères Kouachi sont en fuite, Amedy Coulibaly reçoit un message d'un mystérieux commanditaire. "Fais ce que tu as à faire mais simple (...). Tu planques et tu vérifies l'adresse 1 tous les jours: indications bientôt pour récupérer amis aider toi". Qui lui a donné l'ordre de passer à l'acte? Est-ce le même homme qui a téléguidé les Kouachi? Un an après, la justice n'a toujours pas de réponse. 

A.S. avec Sarah-Lou Cohen