BFMTV

Tapie: les biens et les comptes saisis et placés sous séquestre

Tous les biens et tous les comptes de Bernard Tapie ont ainsi été saisis et placés sous séquestre, selon nos informations.

Tous les biens et tous les comptes de Bernard Tapie ont ainsi été saisis et placés sous séquestre, selon nos informations. - -

La justice a ordonné la saisie de tous les biens et de tous les comptes de l'homme d'affaires, dans l'enquête sur l'arbitrage dont il aurait frauduleusement bénéficié.

La justice a saisi les biens de Bernard Tapie. Deux juges d'instruction, chargés d'éclaircir les conditions dans lesquelles s'est effectué l'arbitrage entre l'homme d'affaires et le Crédit Lyonnais, ont délivré le 28 juin une série d'ordonnances de saisies pénales après accord du parquet de Paris.

Tous les biens et tous les comptes de Bernard Tapie ont ainsi été saisis et placés sous séquestre, selon nos informations, confirmant une information du journal Le Monde. L'homme d'affaires garde néanmoins la jouissance de son hôtel particulier à Paris.

Pour Gérard Davet, qui suit l'affaire pour le quotidien, les juges ont "demandé aux enquêteurs de lister tous les biens du couple Tapie, avant d'établir ce qu'ils pouvaient saisir".

La Provence et Var Matin saisis

Ils ont à la fois saisis des biens immobiliers et non-immobiliers. Par exemple, "deux assurance-vie souscrites par le couple Tapie, pour un montant de 20.780.212, 66 euros" et "les parts sociales de Bernard Tapie dans son hôtel particulier de la rue des Saints-Pères, à Paris, qui s'élèvent à 69.300.000 euros". Ils ont également saisis sa villa à Saint-Tropez, acquise en septembre 2009 pour 48 millions d'euros.

En outre, six comptes en banque, un troisième contrat d'assurance-vie détenu par la holding Groupe Bernard Tapie et les parts de l'homme d'affaires dans le Groupe Hersant Media, les journaux La Provence et Var Matin qu'il avait rachetés fin 2012, ont également été saisis.

Pour les juges, Tapie a organisé l'escroquerie

Les deux magistrats ont justifié leur décision en indiquant dans leur ordonnance que "Bernard Tapie a été le principal bénéficiaire des sommes versées par le CDR [organisme chargé de solder le passif du Crédit lyonnais, ndlr], au terme d'une escroquerie dont il apparaît comme l'un des organisateurs", précise Gérard Davet.

Pour eux, Bernard Tapie a clairement organisé l'escroquerie, et les juges redoutent qu'il ne puisse pas rembourser les sommes considérables qui lui ont été versées de manière indue.

Mis en examen pour "escroquerie en bande organisée"

Pour rappel, Bernard Tapie a été mis en examen pour "escroquerie en bande organisée" dans l'enquête sur l'arbitrage controversé de son litige avec le Crédit Lyonnais.

L'ex-ministre, 70 ans, a connu la gloire puis la prison avant de revenir aux affaires grâce à cette décision polémique qui lui avait octroyé plus de 400 millions d'euros en 2008. Il a été libéré sous contrôle judiciaire, avec interdiction de communiquer avec certains des protagonistes du dossier.

Au total, cinq personnes ont été mises en examen dans cette enquête par les juges, qui soupçonnent l'arbitrage d'avoir été truqué au profit de Bernard Tapie.

|||sondage|||968

M. T. avec Sarah-Lou Cohen