BFMTV

Seine-Saint-Denis: la préfecture annonce la fermeture d'une école "clandestine" à Bobigny

Photo d'illustration.

Photo d'illustration. - Martin Bureau - AFP

L'établissement accueillait plusieurs dizaines d'enfants dont les parents sont connus pour être liés à l'islam radical.

Une école "clandestine" regroupant "plusieurs dizaines" d'enfants "hors de la loi et des principes républicains" a été fermée jeudi à Bobigny dans le cadre de la "lutte contre l'islam radical", a annoncé la préfecture de la Seine-Saint-Denis.

Cette école située dans des locaux hébergeant l'association "Apprendre et Comprendre", accueillait plusieurs dizaines d'enfants "dans des conditions inqualifiables", a précisé la préfecture sur Twitter.

Des conditions sanitaires "déplorables"

Vingt enfants, en l'âge d'être scolarisés en primaire, se trouvaient sur les lieux jeudi matin, selon une source policière, précisant que l'effectif total pourrait atteindre 80 enfants. Certains d'entre eux, âgés de "3-4 ans" étaient "voilés", a-t-elle indiqué.

Les conditions sanitaires "déplorables" et les problèmes de sécurité incendie mettaient "la vie des enfants en danger", a poursuivi cette source. Les locaux étaient également dépourvus de cour de récréation, a-t-elle ajouté. Contacté par nos confrères l'AFP, le maire PCF de Bobigny Abdel Sadi a indiqué n'avoir "jamais entendu parler de cette association, en bien ou en mal avant ce matin (jeudi)".

Selon une source policière à BFMTV, plusieurs parents sont connus pour être "liés à l'islam radical" et "certains enfants et encadrants étaient issus de l'école d'Aulnay-sous-Bois", fermée en janvier.

Plusieurs fermetures dans le département depuis 2018

Dans cette école, 48 enfants de 3 à 6 ans étaient présents au moment de la fermeture, selon une source proche du dossier. L'enseignement se faisait hors de toute autorisation et "sans aucun respect des procédures sanitaires", selon cette source.

Une quinzaine d'établissements dont des écoles clandestines, des lieux de culte, des salles de sport ou encore des restaurants, ont été fermés en Seine-Saint-Denis depuis 2018, avait annoncé en février le préfet du département.

Cette nouvelle fermeture intervient quelques jours après l'offensive d'Emmanuel Macron "contre l'islam radical", dans le cadre du futur projet de loi contre les séparatismes. Le chef de l'Etat avait notamment fustigé ces écoles parallèles qui n'enseignent que des prières, profitant d'une "montée inquiétante, de la déscolarisation". Parmi les mesures phares de la loi figurera l'obligation de l'instruction à l'école dès trois ans et non à domicile, sauf exception notamment pour raison de santé.

H.G. avec AFP