BFMTV

Seine-et-Marne: une mère et sa fille condamnées pour avoir insulté des enseignantes

Le personnel enseignant d'une école de Vaires-sur-Marne a été pris pour cible par une père et sa fille (Photo d'illustration).

Le personnel enseignant d'une école de Vaires-sur-Marne a été pris pour cible par une père et sa fille (Photo d'illustration). - Pixabay

En juin dernier, les deux femmes ont injurié le personnel enseignant d’une école de Vaires-sur-Marne. Elles ont toutes deux été condamnées par la justice.

Des insultes et des menaces réprimées par la justice. Une mère de 48 ans et sa fille de 19 ans ont été condamnées mardi par le tribunal correctionnel de Meaux pour avoir injurié des enseignantes, rapporte Le Parisien.

Le 7 juin dernier, les deux plus jeunes enfants de la famille devaient être placés par les services sociaux. La mesure de placement dans le milieu scolaire a été privilégiée en raison du contexte familial.

Mais la mère et la fille sont intervenues pour empêcher l’exécution de la mesure. Les deux femmes sont arrivées devant l’école de Vaires-sur-Marne en hurlant avant de tenter d’escalader les grilles. Elles ont ensuite insulté et menacé deux enseignantes et la directrice.

"C’est à cause de la directrice que mes enfants ont été retirés"

Pour la mère, la fautive est la directrice de l’établissement. "C’est à cause de la directrice que mes enfants ont été retirés", répète-t-elle en boucle lors de son passage devant le juge.

La présidente du tribunal lui rappelle néanmoins que le corps enseignant n’y est pour rien. "C’est le juge des enfants qui prend la décision. La directrice a le devoir de signaler des problèmes. Ce n’est pas par plaisir qu’on place des enfants mais parce qu’ils ont besoin d’être protégés ou qu’ils sont en souffrance psychique".

A l’issue de l’audience, la mère a été condamnée à une contrainte pénale, si elle ne respecte pas les obligations fixées par les juges, elle écopera de six mois de prison. Quant à sa fille, elle s’en tire avec 210 heures de travail d’intérêt général.

Hervine Mahaud