BFMTV

Roger Hanin réclame 300.000 euros aux Mitterrand en justice

Roger Hanin en février 2008.

Roger Hanin en février 2008. - -

L'acteur et beau-frère de l'ancien président de la République François Mitterrand a réclamé mardi en justice le remboursement de l'argent prêté pour payer la caution de Jean-Christophe Mitterrand, dans le cadre de l'Angolagate.

Roger Hanin, acteur et beau-frère de feu François Mitterrand, a demandé mardi en justice le remboursement de près de 300.000 euros prêtés à Danielle Mitterrand pour qu'elle paye la caution de son fils Jean-Christophe, dans l'affaire de l'Angolagate.

"On a tout essayé, en vain", pour obtenir à l'amiable le remboursement de 1,5 million [230.000 euros] puis 400.000 francs [60.000 euros] prêtés à Danielle Mitterrand qui cherchait alors à réunir l'argent pour régler la caution -'rançon' avait-elle dit- de 5 millions de francs [760.000 euros] de son fils, brièvement incarcéré fin décembre 2000 et libéré en janvier 2001", a plaidé Me Olivier Pardo, avocat de Roger Hanin.

"Loi d'honneur"

L'acteur a donc "de guerre lasse" assigné les fils de l'ancien président, Gilbert et Jean-Christophe, demandant par ailleurs le remboursement d'un dernier prêt de 250.000 francs, soit 38.000 euros, consenti à titre personnel à ce dernier, pour renflouer une affaire de pêcherie qu'il avait montée en Mauritanie.

Rappelant que "Pierre Bergé, Jack Lang ou encore André Rousselet", figures de la "Mitterrandie" qui avaient aussi participé à l'effort financier, avaient eux été remboursés, Me Pardo a estimé que c'était une "loi d'honneur que de rembourser ceux qui vous ont aidé quand vous étiez dans la difficulté". Mais "rien, nada, nothing", pour lui, les frères écrasent de leur mépris "l'acteur de seconde zone qui a osé demander quelque chose à la famille Mitterrand, qui aurait fait toute sa carrière".

Mais en l'absence de tout écrit, hors un projet de reconnaissance de dette, Me Pardo estime que l'on se trouve dans "un cas d'école d'impossibilité morale" de demander dans un moment si difficile un écrit à "sa belle-soeur, à l'épouse d'un président de la République et à une grande dame par elle-même". Une lettre au banquier du couple Hanin lui demandant d'émettre un chèque de banque en donne par contre bien comme motif un "prêt".

"Tout ça c'est du cinéma"

Quant à l'affirmation de Jean-Christophe d'avoir remboursé en liquide le prêt pour la pêcherie, "c'est se moquer du tribunal, il n'apporte pas le commencement du dixième de la preuve". "Tout ça c'est du cinéma", réplique pour les frères Mitterrand Me Jean-Pierre Versini-Campinchi. Et d'assurer que "de 2001 à janvier 2013 il n'y a eu aucun commencement de début de demande" de remboursement, et "qu'on a commencé à vous réclamer de l'argent quand Roger Hanin a été placé sous curatelle", en l'occurrence de sa fille, Isabelle.

L'acteur, époux de Christine Gouze-Rénal, décédée en 2007 et soeur de Danielle Mitterrand, est aujourd'hui âgé de 88 ans.

"Jurisprudence constante"

Par ailleurs, l'avocat assure que si l'argent de la caution, une fois Jean-Christophe Mitterrand relaxé des accusations de trafic d'armes au procès de l'Angolagate (il a été condamné pour abus de biens sociaux), n'avait pas été "cadenassé" par une action distincte, le prêt aurait pu être remboursé.

Mais surtout, il insiste sur une "jurisprudence constante": "Si vous exigez le remboursement, il vous appartient d'apporter la preuve de l'obligation à rembourser". Or en l'espèce, soutient-il, si Roger Hanin et la tante de Jean-Christophe Mitterrand "avaient eu le sentiment que cet argent devait être restitué", ils l'auraient demandé. Le tribunal a mis son jugement en délibéré au 4 février.