BFMTV

Radicalisation dans les services publics: marginale, mais des "trous" à combler

Les services publics, notamment les secteurs cruciaux de la sécurité et de l'éducation, sont peu touchés par la radicalisation. Mais la menace persiste et des progrès restent à faire dans les prisons, la santé ou les transports, selon un rapport parlementaire publié mercredi.

Dans un pays marqué par les attentats et le départ de plus de 1500 personnes en Irak et en Syrie ces dernières années, les députés Eric Poulliat (LaREM) et Eric Diard (LR) se sont penchés sur la question de la radicalisation dans les services de l'Etat. Dans un rapport publié mercredi, les parlementaires se veulent globalement rassurants tout en appelant à la vigilance.

"La radicalisation est loin d'être un problème majeur au sein des services publics, et l'Etat a pris des mesures ces dernières années, donc certaines fonctionnent bien. Mais il suffit d'un cas, et il existe encore des trous dans la raquette qu'il faut boucher", explique Eric Poulliat, député LaREM en Gironde.

Le rapport, fruit d'entretiens menés depuis l'automne dernier avec des responsables de services publics, conclut que l'armée, la police, la gendarmerie et l'Education nationale "ne sont touchées par la radicalisation que de façon marginale". Les cas soupçonnés - donc pas forcément avérés - sont "très faibles": 0,05% dans l'armée de terre, 0,03% dans la marine et une trentaine de situations de suivies dans la police et la gendarmerie (sur un total de 130.000 gendarmes et 150.000 policiers).

Inquiétude dans les prisons

D'autres secteurs soulèvent en revanche quelques inquiétudes avec des "zones d'ombre" persistantes dans la santé, l'université, les transports et le sport, faute de prévention, de détection ou d'une "prise de conscience" suffisantes. Le texte souligne tout particulièrement le niveau de radicalisation chez les détenus (plus de 500 incarcérés pour faits de terrorisme, plus de 1100 signalés pour radicalisation), y compris chez les femmes. Un phénomène inquiétant dans un contexte de "surpopulation carcérale".

"Ce n’est pas un secret que de dire qu’il y a dans les prisons des détenus qui se sont radicalisés et qui font du prosélytisme", explique à BFMTV le député des Bouches-du-Rhône, Eric Diard.

Des détenus radicalisés, mais aussi des surveillants, souligne le rapport. Et parmi les 35 mesures préconisées, une dizaine est dédiée à la gestion de la radicalisation en prison. Les deux parlementaires insistent notamment sur la mise en place d’une cellule nationale spécifiquement dédiée au suivi des personnels radicalisés ainsi qu'une meilleure formation des agents pénitentiaires pour prévenir et détecter la radicalisation.

"Communautarisme rampant" à la RATP

Côté transports, à l'aéroport Roissy-Charles de Gaulle, sur 80.000 personnes titulaires d'un badge d'accès aux zones "réservés", 80 personnes font l'objet d'un suivi régulier pour radicalisation et 29 d'un suivi ponctuel, note le rapport. Au sein de la RATP, les auteurs décrivent un "communautarisme rampant" et un "prosélytisme religieux" contre lesquels la société de transports parisiens tente de lutter.

Elle a indiqué aux parlementaires avoir reçu plus d'une centaine d'avis négatifs sur des candidatures d'agents de la part du Service national des enquêtes administratives de sécurité (SNEAS), créé en 2017 et chargé de détecter les profils suspects au sein de l'administration. L'un des kamikazes des attentats de novembre 2015 au Bataclan, Samy Amimour, avait été chauffeur d'autobus à la RATP.

Améliorer la détection de la radicalisation

Avec des moyens encore limités (23 agents et 5 réservistes), le SNEAS a réalisé en 2018 318.464 enquêtes, dont 485 ont donné lieu à des avis défavorables (116 dans le transport public, 266 sur l'autorisation d'acquisition d'armes, 5 dans la police, 7 dans la gendarmerie et 91 pour les grands événements). Le rapport plaide pour un large renforcement des formations de détection de la radicalisation et une meilleure communication entre administrations, notamment sur les profils suspects. Il insiste sur la nécessité d'élargir largement les moyens du SNEAS et le champ de ses compétences, notamment dans les secteurs "zones d'ombres".

Il souligne par ailleurs la difficulté de se séparer d'un agent identifié comme radicalisé. Si celui-ci conteste son licenciement devant un tribunal, ce dernier n'a en général pas accès aux informations prouvant sa culpabilité, que les services de renseignement rechignent à partager pour protéger une enquête en cours ou leurs sources. Il évoque l'idée d'autoriser les renseignements à ne donner leurs informations qu'au juge, et pas aux autres parties.

Ambre Lepoivre avec AFP