BFMTV

Poitiers: six mois de prison ferme pour l'agresseur d'une femme médecin

Six mois de prison pour l'agresseur d'une femme médecin.

Six mois de prison pour l'agresseur d'une femme médecin. - Philippe Huguen - AFP

Un homme de 26 ans a été condamné lundi à six mois de prison ferme à Poitiers pour avoir frappé une femme médecin, lui causant un hématome cérébral. Cette agression a choqué le monde médical dans le département, où une journée "santé morte" est prévue fin novembre.

Vendredi, dans un cabinet médical de Châtellerault, près de Poitiers, dans la Vienne, le Dr Corinne Joyeux a été frappée au visage par un patient, venu avec sa femme et leur enfant de cinq mois consulter un généraliste.

L'homme de 26 ans a été condamné ce lundi à six mois de prison ferme pour cette agression, qui a provoqué un hématome cérébral chez la victime et qui a choqué le monde médical. En signe de protestation, des syndicats de médecins ont prévu une journée "santé morte" le 22 novembre dans le département. 

Le prévenu avait agressé la généraliste au cours d'une scène tendue, après que sa compagne et leur fille, arrivées en retard de près d'une heure à un rendez-vous médical, s'étaient fait éconduire par le médecin qu'elles devaient consulter.

La victime est restée inconsciente quelques minutes

La mère de famille, s'entendant dire qu'elle devrait passer après des patients présents, s'était énervée et avait insulté un médecin, selon des témoignages cités à l'audience au tribunal correctionnel. Une autre praticienne du cabinet, le Docteur Joyeux, s'était alors interposée pour ramener le calme, et avait invité la patiente à sortir avec son enfant.

Le père, qui fumait dehors en attendant, a assuré à la barre du tribunal avoir été alerté par des cris de sa compagne, et avoir vu une femme "pousser (sa) femme avec le bébé dans les bras". Il a aussitôt asséné une forte claque à sa victime, dont la tête a alors cogné contre une chaise, puis contre le sol, où elle est restée inconsciente quelques minutes.

L'accusation avait requis six mois ferme contre le père, connu de la justice. Elle a dénoncé un comportement "hystérique" de gens qui veulent "tout, tout de suite". Le cabinet médical où s'est déroulée l'agression a été fermé jusqu'au 2 novembre.

C.V. avec AFP