BFMTV
Police-Justice

Plus de 600 kilos de cocaïne saisis à l'aéroport de Mulhouse

Les trafiquants transportaient la drogue dans un jet privé.

Les trafiquants transportaient la drogue dans un jet privé. - Gendarmerie nationale

Les gendarmes français ont suivi jusqu'à l'aéroport de Bâle-Mulhouse un avion en provenance d'Uruguay et contenant une importante quantité de drogue. Les pilotes ont été interpellés en Suisse avec 603 kilos de cocaïne.

Pendant quelques heures le 16 mai dernier, sur le tarmac de l'aéroport de Nice puis sur celui de l'aéroport de Bâle-Mulhouse, il s'est joué l'une des plus importantes saisies de cocaïne en Europe, en tout cas la saisie de la plus grosse livraison de cocaïne par avion privé en Europe, selon Europol. Le résultat de l'opération Familia, menée par l'agence européenne de police criminelle et par l'agence américaine de lutte contre le trafic de drogue, la DEA, qui s'est conclue par 16 interpellations en Europe et en Asie et plus de 600 kilos de cocaïne pure à 90%.

Depuis plus d'un an, les services de police et de gendarmerie de plusieurs pays enquêtent sur l'importation, le financement et la distribution de drogue en provenance d'Amérique du Sud. Un réseau qui alimentait principalement la Suisse, l'Allemagne et la région des Balkans. Les investigations ont été lancées par la Croatie qui a appelé à la coopération avec d'autres pays. Cette enquête conduit les services de polices à obtenir un renseignement au sujet d'une importante livraison de cocaïne en transit via la France. Les autorités françaises sont sollicitées par les Tchèques.

Une escale à Nice

En moins de deux jours, les gendarmes de Marseille et Strasbourg, saisis par les juridictions interrégionales spécialisés de Marseille et de Nancy, doivent monter une opération pour suivre minute par minute le convoi. Une livraison surveillée particulière puisque si la drogue est importée par un avion privé, comme dans l'affaire d'"Air Cocaïne", ce dernier transporte également des passagers, rendant encore plus crédible le scénario imaginé par les malfrats.

"On peut penser que ces passagers ont été payés pour prendre place à bord de l'appareil", précise une source proche de l'enquête.
photo
photo © BFMTV

Le 16 mai, le petit avion privé, en provenance d'Uruguay, atterrit à l'aéroport de Nice. Là, les gendarmes de la section de recherches de Marseille sont aux aguets. Comme prévu sur le plan de vol, l'avion redécolle, sans ses passagers, destination l'aéroport de Bâle-Mulhouse, dont la particularité est d'avoir des zones douanières bi-nationales.

"L'aéroport n'a pas été choisi au hasard, il est un accès privilégié pour la Suisse", confie une source proche du dossier. Pendant près de 5 heures, la section de recherches de Strasbourg va assurer la surveillance, en contact permanent avec les autorités suisses.

valise
valise © BFMTV

Accumuler les preuves

L'objectif pour la trentaine de gendarmes français est de surveiller les suspects et la marchandise, "d'être en permanence derrière eux et d'accumuler les preuves". L'avion a atterri à 17h30, la drogue est contenue dans des valises que les gendarmes voient décharger. "L'objectif fixé par les magistrats français n'est pas d'interpeller les trafiquants mais de les suivre jusqu'en Suisse", poursuit un proche de l'enquête.

Vers 22 heures, les pilotes professionnels, mais aussi un homme, l'un des commanditaires de l'organisation criminelle, quittent l'aéroport situé à la frontière avec la Suisse, derrière eux les gendarmes ne les quittent pas d'une semelle.

Après avoir quitté la France, les trafiquants sont interceptés par les policiers suisses. Au total, dans le cadre de cette vaste enquête, 16 personnes, principalement originaires de Serbie, Croatie et de République tchèque ont été arrêtées, 11 en Europe et 5 en Asie. Outre les 603 kilos de cocaïne interceptée en Suisse, 421 kilos de drogue ont été saisis à Hong-Kong. Au total, 2 millions d'euros en coupure et plus d'1 million d'euros de produits de luxe ont été saisis dans le cadre de cette enquête internationale.

Justine Chevalier