BFMTV

Perpignan: l'assassin d'un cadre de NRJ condamné à perpétuité

Image d'illustration

Image d'illustration - AFP

Un homme âgé d'une quarantaine d'années a été condamné à la réclusion criminelle à perpétuité pour avoir assassiner un ancien directeur commercial de NRJ.

Un quadragénaire a été condamné ce mercredi par la la cour d'assises des Pyrénées-Orientales à la réclusion criminelle à perpétuité assortie d'une période de sûreté de 22 ans pour l'assassinat d'un ancien directeur commercial de NRJ à Perpignan.

Une peine conforme aux réquisitions de l'avocat général, tout comme pour le second accusé Sofiane Abbes, qui a écopé de 18 ans de réclusion comme le demandait le magistrat. 

Un des deux hommes déjà condamné à 18 ans de réclusion

En septembre 2014, la propriétaire du logement de Laurent Boury, avait signalé la mystérieuse disparition de cet homme âgé de 54 ans, cadre à la station locale de NRJ à Perpignan.

Rapidement, l'enquête de la gendarmerie avait conduit aux deux accusés: Abdelhakim Melliti, 46 ans, déjà condamné en 2000 à 18 ans de réclusion pour avoir tué un coursier à Étampes (Essonne), et Sofiane Abbes, âgé de 33 ans et souffrant d'hémiplégie.

Entraîné dans cette histoire "par un copain de comptoir" 

Celui-ci avait conduit les enquêteurs jusqu'au corps de Laurent Boury, exécuté d'une balle et abandonné dans une cuve de vidange d'un garage désaffecté.

Melliti a quant à lui toujours vigoureusement nié être impliqué dans le meurtre, reconnaissant simplement être le propriétaire de l'arme du crime. Il se serait, selon lui, procuré cette arme de poing pour se défendre après un litige autour d'un trafic de stupéfiants.

À l'audience, Sofiane Abbes avait expliqué avoir été entraîné dans cette histoire "par un copain de comptoir" sans se rendre compte "que cela allait finir avec quelqu'un qui serait mort". Il avait ajouté que Melliti avait tenté d'emmener Laurent Boury retirer de l'argent liquide, mais devant son refus, l'avait violemment frappé puis conduit, le lendemain, dans un garage isolé.

Abbes avait précisé que Melliti lui avait intimé l'ordre de tuer le quinquagénaire, ce qu'il avait refusé, et l'aurait finalement lui-même exécuté avant de le pousser dans la cuve.

S.Z avec AFP