BFMTV

Paris: le dispositif pour porter plainte dans le métro élargi à une cinquantaine de stations

Les touristes étrangers peuvent porter plainte directement dans les stations de métro.

Les touristes étrangers peuvent porter plainte directement dans les stations de métro. - PATRICK KOVARIK - AFP

Après six mois d'expérimentation, la RATP, le parquet de Paris et la préfecture de police élargissent le dispositif qui permet aux touristes de porter plainte dans le métro à 49 stations.

Les touristes étrangers victimes de vols dans le métro vont pouvoir porter plainte plus facilement. La RATP avec le parquet de Paris et la préfecture de police ont décidé d'élargir un dispositif lancé cet été permettant aux touristes étrangers de porter plainte dans le métro.

Après six mois d'expérimentation dans six stations, ce sont désormais 49 stations qui vont proposer cette possibilité aux visiteurs victimes de vol. Les stations choisies sont réparties sur six lignes et font partie de celles "particulièrement fréquentées par les touristes étrangers", précise la RATP. 

plainte
plainte © Capture RATP

Dans toutes ces stations, les victimes pourront s'adresser à un agent RATP pour remplir un formulaire de dépôt de plainte rédigé en français et en anglais. Une fois le formulaire rempli, la victime obtient une copie du dépôt de plainte qui lui permet d'engager des démarches, notamment auprès de son assurance. 

"Accélérer les démarches"

Le dispositif "vise à faciliter et accélérer les démarches des victimes, alors même que le fait de se déplacer dans un commissariat peut parfois paraître dissuasif pour des raisons de temps et d'organisation", précise la RATP dans un communiqué. 

Le dépôt de plainte en station représente aussi un gain de temps pour les services de police. Cette possibilité s'ouvre néanmoins seulement pour des vols "simples", c'est-à-dire sans violence et sans possibilité d'identifier immédiatement la personne coupable, et donc le préjudice n'excède pas 1.000 euros. Dans les autres cas, les touristes victimes seront orientés vers les commissariats. 

Carole Blanchard