BFMTV

Paris: la longue liste des incendies criminels depuis 2005

L'incendie dans le XVIe arrondissement de Paris est le plus meurtrier depuis 2005.

L'incendie dans le XVIe arrondissement de Paris est le plus meurtrier depuis 2005. - Geoffroy VAN DER HASSELT / AFP

L'incendie dans le XVIème arrondissement est le plus meurtrier depuis avril 2005.

Dix personnes sont décédées dans l'incendie d'un immeuble du XVIe arrondissement de Paris, rue Erlanger, dans la nuit de lundi à ce mardi. Selon les premiers éléments de l'enquête, la piste criminelle est privilégiée. Une femme a par ailleurs été placée en garde à vue. Ces quinze dernières années, plusieurs incendies d'origine criminelle ont marqué Paris et l'Ile-de-France. Mais ce dernier, qui a aussi fait une trentaine de blessés, est le plus meurtrier depuis avril 2005. 

2005, annus horribilis

Le 15 avril 2005, un incendie dans un hôtel d'hébergement d'urgence, le Paris-Opéra, habité par des familles d'origine africaine, fait 24 morts dont 11 enfants. Le sinistre avait été provoqué par la compagne du veilleur de nuit. Elle avait, dans une geste de colère, jeté des habits sur des bougies. Elle a été condamnée en janvier 2016 en appel à deux ans de prison ferme pour homicides et blessures involontaires.

Quelques mois plus tard, en août, 17 personnes, dont 14 enfants, ont été tuées dans l'incendie d'un immeuble vétuste, situé boulevard Vincent Auriol dans le XIIIème arrondissement de Paris, où était hébergé, aussi, une majorité de familles africaines. Des expertises ont permis de conclure à une origine volontaire de l'incendie, mais l'enquête n'a pas permis pas d'identifier un auteur. En janvier 2012, l'association gestionnaire de l'immeuble et l'entreprise qui y avait effectué des travaux ont été condamnées à une amende pour non respect de normes de sécurité.

Le 4 septembre, un troisième incendie a fait 18 morts dans une tour d'habitation à L'Haÿ-les-Roses, dans le Val-de-Marne. En décembre 2008, la cour d'assises des mineurs du département a condamné à des peines de trois à quatre ans de prison ferme trois jeunes filles pour avoir provoqué l'incendie en mettant le feu à la boîte aux lettres d'une adolescente avec laquelle elles ne s'entendaient plus.

Le 10 août 2009

  • Cinq personnes - deux femmes et trois enfants d'une même famille ivoirienne - sont tuées dans l'incendie vraisemblablement criminel d'un immeuble HLM à Sevran, en Seine-Saint-Denis.

Le 14 avril 2011

Cinq personnes sont tuées et six grièvement blessées dans l'incendie d'un immeuble de Ménilmontant, dans le XXe arrondissement de Paris. La piste criminelle est également privilégiée, avec l'ouverture une semaine plus tard d'une enquête pour "destruction volontaire par incendie".

Le 2 septembre 2015 

Huit personnes, dont deux enfants, sont tuées dans l'incendie d'un immeuble de la rue Myrha, à Paris XVIIIe. Un marginal de 36 ans a d'abord été interpellé en possession d'une bougie et d'un briquet à proximité du sinistre. Il a été libéré un an plus tard après l'arrestation d'un autre suspect, un jeune homme de 20 ans, ancien locataire de l'immeuble présenté comme "fragile psychologiquement". Ce dernier a été mis en examen pour "dégradation volontaire par incendie ayant entraîné la mort" et écroué.

Le 6 juin 2016

Un incendie cause la mort de cinq personnes dans un immeuble de Saint-Denis, en Seine-Saint-Denis. En décembre 2018, un homme de 39 ans a été condamné à 25 ans de réclusion pour avoir volontairement mis le feu à un matelas dans l'appartement qu'il squattait dans cet immeuble vétuste.

Cyrielle Cabot avec AFP